écho de Montrouge

pour tout voir, tout savoir et tout partager sur montrouge

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Education C'est la rentrée à Montrouge!

C'est la rentrée à Montrouge!

Envoyer Imprimer PDF

École maternelle, primaire, collège et lycée tous en piste! Seuls les élèves de la faculté dentaire ne sont pas encore rentrés!

 


Cette rentrée sous le soleil s'est effectuée sans encombre! D'ailleurs cette année, on n'a ni vu, ni entendu des appels à grève dès le premier jour de l'année. On peut donc parler d'une rentrée sereine.


La moyenne d'élèves par classe en hausse

Toutefois des motifs d'insatisfaction sont entrain d'apparaître notamment sur le nombre d'enfants par classe. Par exemple, dans la maternelle Maurice Arnoux, une classe de petit et tout petit est composée de 29 élèves. Une classe de grand, quant à elle, atteint le record de 30 élèves. Le constat est inquiétant. En effet, la maternelle est un élément clef de notre système scolaire où un enfant apprend à vivre en société et à devenir un élève. Autant dire qu'à 30 élèves par classe, l'enseignant n'a pas une tâche facile et n'aura pas forcément ni le temps, ni les moyens d'individualiser les parcours de ses élèves! En cas d'absence d'un enseignant souvent les enfants étaient repartis dans les autres classes de l'école. Si on applique le même système cette année, il risque d'arriver à près de 40 enfants par classe... Impossible? On espère que oui car sinon les parents devront trouver un système de garde alternatif au dernier moment. À l'inverse dans l'école primaire Renaudel, les enfants du CP sont une vingtaines par classe: minimum 18 maximum de 21! Autant dire qu'ils sont placés dans des conditions optimales pour apprendre à lire. Comment de telles différences sont elles possibles?

L'explication est simple: fermeture de 1500 classes au niveau notamment des maternelles. La maternelle n'est pas une école obligatoire. En effet, l'école est obligatoire à partir de 6 ans. Pourtant la maternelle est tout de même fréquemment la première étape du parcours scolaire d'un enfant, celle où il commence à prendre conscience de ce qu'est un travail. Cette étape peut lui laisser un goût aussi délicieux qu'amer en fonction du climat dans lequel il évolue. Il peut en sortir avec un goût d'apprendre décuplé ou avec la crainte de ne pas réussir à l'école.

Il y a près de 3 ans, en maternelle on a inventé le soutien scolaire pour permettre aux enfants d'être épaulé sur leurs points faibles. L'objectif était d'éviter que des lacunes s'installent et d'arriver à dédramatiser les difficultés que peuvent rencontrer un enfant. L'initiative était très intéressante mais n'a aucun sens si dans le même temps, on dégrade sur l'autel de la maitrise des couts la qualité de l'enseignement.

Car le débat se situe là en réalité. Beaucoup d'argent injecté dans le système pour des résultats assez moyens. Il faut réussir à augmenter l'efficacité et l'efficience du système scolaire dans son ensemble. Il faut réussir à élever le débat au-delà des questions d'ordre politique ou comptable en se concentrant exclusivement sur l'objectif que l'on veut atteindre à savoir le bien-être et la réussite de nos enfants!

Mise à jour le Lundi, 05 Septembre 2011 13:24  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Les évènements à venir

Aucun évènement prévu pour le moment.
Voir calendrier

Les derniers commentaires


Nos publicités

Echo(s) Sociaux

Echo(s) RSS