écho de Montrouge

pour tout voir, tout savoir et tout partager sur montrouge

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Candidats Rencontre avec un candidat centriste : Jean-Eric Branaa

Rencontre avec un candidat centriste : Jean-Eric Branaa

Envoyer Imprimer PDF

 

Aujourd'hui, nous mettons en ligne la 4ème interview des candidats aux élections législatives. Notre micro s'arrête devant le bouillonnant Jean-Eric Branaa qui se présente pour la 3ème fois à une élection à Montrouge !

 

Qui êtes vous ?

 

Je suis un père de famille, Montrougien, investi dans la vie associative locale et dans la politique de la ville. Je suis toujours conseiller municipal et toujours ancien 2ème Maire-Adjoint. Tout cela m'amène à être très investi dans les questions locales (logement, sécurité, démocratie locale, aménagement, commerce).
Ma profession (Maître de conférences et directeur d'une équipe de seize personnes) m'expose plus que d'autres aux questions d'éducation, qui sont au centre de mes préoccupations. La question de l'emploi, des rapports des uns et des autres au travail, sont également un enjeu majeur dans ma vie.

Pourquoi êtes-vous centriste ? Qu’est-ce que c’est être centriste ?

Parce que je pense qu’il y a un autre choix que celle qui se résume à l’opposition d’un camp contre un autre. L’embrigadement dans un parti me gêne : outre le fait qu’il oblige à penser sous une angle très formaté, il entraine également bien souvent une sclérose de cette pensée et le développement d’un comportement du rejet. Bien entendu, chaque camp nous assurera « qu’ils ont des amis dans le camp d’en face ». Ces guerres sont-elles raisonnables avec la gravité des crises que le monde doit affronter ?

Etre centriste c’est donc, à mes yeux, travailler à l’idée que l’on peut mettre autour d’une table des gens qui n’ont pas forcément des choses en communs au premier abord. Et découvrir qu’ils ont des buts ou des attentes similaires.

C’est cette concertation qui me plait et qui m’a donné les plus beaux souvenirs de mon passage en tant que Maire-Adjoint.

Pourquoi vous présentez-vous aux élections législatives ?

Se présenter aux suffrages de mes concitoyens n’est pas anodin ; je fais le choix de parler de ce que je suis et de ce que je peux faire.

Je m’engage à soutenir une politique qui permettra de :

- Sortir notre pays du surendettement.

- Produire à nouveau en France pour créer des emplois et des richesses.

- Soutenir l’Éducation nationale pour qu’elle retrouve son rôle d’élévateur social.

- Moraliser la vie publique.

- Développer une vraie démocratie locale.

Dans ma pratique politique, étant votre député, je m’engage aussi :

- à ne pas attacher mon vote à une logique partisane

- à suivre mes dossiers avec sérieux et à vous en rendre compte

- à ne pas cumuler les mandats

- à rester à l’écoute de tous et à tenir une permanence dans chacune de nos trois villes

Je m’engage et j’affirme cet engagement par écrit.

Votre programme ?

√ plus de justice sociale

√ un engagement en faveur des familles

√ favoriser la transformation écologique

√ encourager une politique des transports volontariste

√ défendre la création artistique

√ convaincre les entreprises a prendre leur responsabilité sociale

√ améliorer les solidarités entre les générations

√ soutenir la création d’entreprise

√ protéger les droits des plus faibles, des plus démunis, des handicapes et a lutter pour leur vraie intégration

Qu’est-ce que votre candidature va apporter à Montrouge ?

J’ai l’ambition d’apporter un changement profond à ma ville. Le climat y est moribond et Montrouge est une belle endormie.

Pourtant son potentiel est extraordinairement riche ! Alors que se passe-t-il ? On a la conséquence d’une politique « plan-plan », sans projet et sans âme. Le maire et son équipe sont usés et peu investis sur les dossiers. Il n’y a pas d’écoute de la population et des décisions qui se prennent en solitaire et sans concertation.

Il ne s’agit pas ici d’opposition ou de guéguerre. En réalité, les élus de notre ville sont enfermés dans des schémas attentistes.

Lorsque mon mandat s’est arrêté, le jour même, devait être voté la mise en place des conseils de quartier et la création d’un comité d’éthique pour répondre à l’inquiétude que peut susciter la vidéosurveillance.

Je portais ces deux mesures. Elles étaient la traduction nette et forte de la méthode que je souhaite implanter pour la gestion de notre ville. Aux antipodes donc de la vision passéiste et dépassée de Jean-Loup Metton.

Mise à jour le Mercredi, 30 Mai 2012 22:39  

Les évènements à venir

Aucun évènement prévu pour le moment.
Voir calendrier

Les derniers commentaires


Nos publicités

Echo(s) Sociaux

Echo(s) RSS