écho de Montrouge

pour tout voir, tout savoir et tout partager sur montrouge

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Politique Jean-Loup Metton et le conseil général

Jean-Loup Metton et le conseil général

Envoyer Imprimer PDF

Jean-Loup Metton, maire de Montrouge et depuis peu vice-président au conseil général du 92 a pris la parole sur une thématique intéressante : le débat d'orientation budgétaire du département. Je pourrais commenter un peu comme un Olivier Mazerolle ou un Jean-Michel Aphatie mais je ne suis pas sur d'être à ce niveau donc je m'abstiens et je vous mets juste la copie de son intervention :

Intervention de M Metton pour le Débat d’orientations budgétaires

                                • Je reviendrai sur tous ces éléments très importants dans la présentation du budget primitif.
                                  En résumé et en quelques mots, en complément des transports en communs lourds au progrès desquels nous sommes très associés, mais qui ne relèvent pas directement de notre maîtrise d’ouvrage, il s’agit pour nous de doter le territoire des Hauts-de-Seine, d’opérations ambitieuses complétant l’armature des transports de proximité et d’un réseau de voiries urbaines adaptées aux besoins, et adapté aux besoins d’un partage de l’espace public respectueux de tous les usages.
                              • Conclusion
                            • Ces opérations structurantes ne nous conduisent pas négliger pour autant 2 enjeux majeurs de notre responsabilité de gestionnaire d’infrastructure :
                              - Le maintien du patrimoine, qui doit faire l’objet d’un effort d’entretien préventif important, les hivers que nous connaissons mettant nos structures de chaussées à rude épreuve, mais nous devons aussi faire un effort considérable pour rénover l’éclairage public, qui est vétuste, et dont la performance énergétique doit être améliorée ;
                              - Les opérations de sécurité routière que nous menons à un rythme très soutenu, qui nous permettra de d’avoir réalisé le programme qui avait été convenu en avance sur les échéances annoncées, tout en ayant pris en compte de nouvelles priorités, notamment aux abords des établissements scolaires. Même si le bilan, en tués, de l’année 2011, est très encourageant et marque un progrès sensible par rapport aux années précédentes, les 21 morts que nous avons déplorés (contre 28 en 2010) sont 21 morts de trop et nous devons tout faire, en prévention, comme en aménagement des infrastructures, pour faire encore baisser ce nombre, comme celui des blessés.
                              - Sur les voiries départementales nous avons depuis 2007 fait 21,5 km de pistes cyclables de jonctions entre itinéraires. Il s’y ajoutera dans les prochaines années 14 km de pistes intégrées dans des projets tramways, 2,5km dans des projets routiers et 14km dans les comités d’axes et d’autres interconnexions pour 10km. Nous aurons donc 40km de pistes ouvertes de 2011 à 2014. Au total, de 2007 à 2014, nous aurons donc fait 61,5 km de pistes cyclables supplémentaires, atteignant ainsi une longueur totale de 126km : en d’autres termes, nous aurons doublé le linéaire de pistes sur les voiries en 7 ans !
                          • Pour les voiries, l’inscription budgétaire pourrait être portée de 53,9 M€ à plus de 61 M€.
                            Les opérations d’infrastructures routières nécessiteront, à elles seules, environ
                            27 M€ ainsi répartis:
                            • le lancement de nouvelles opérations (RD 180 à Rueil, RD 180 porte jaune
                            • à Garches et Saint-Cloud, Rd 998/RD 9 à Villeneuve-la-Garenne, RD 985
                            • à Ville d’Avray) et les enquêtes publiques RD 39 à Rueil-Malmaison et RD
                            • 407 à Ville d’Avray
                            • les grands projets de requalification de la Vallée-rive-gauche (coût =
                            • 120 M€), de la RD 20 sud (coût = 77 M€), des semi-diffuseurs de
                            • Châtenay-Malabry et du Plessis-Robinson (coût = 21 M€)
                            • la fin d’opérations en cours (RD 909 avenue d’Argenteuil à Asnières et
                            • Bois-Colombes ou RD 11 à Bois-Colombes),
                        • Les voiries
                      • Il faut rappeler aussi que la contribution du CG92 au STIF en fonctionnement atteindra près de 92 M€ en 2012, plus que le Val de Marne, la Seine-Saint-Denis réunis. A noter également que les derniers tramways se sont négociés à 2/3 – 1/3 avec la Seine-Saint-Denis, mais avec une clé inverse dans les Hauts-de-Seine. La péréquation induite par ces différences de traitement par le conseil régional ne repose sur aucun argument solide, c’est malheureusement une réalité qui nous est imposée.
                    • De même, nous investissons des sommes croissantes dans les mises aux normes PMR des lignes de bus, et dans les comités d’axe, qui permettent de trouver des solutions adaptées au cas par cas pour améliorer les niveaux de service.
                  • L’ensemble des opérations de transports s’étale bien évidemment sur plusieurs exercices budgétaires. Leur coût est important pour le Conseil général des Hauts-de-Seine, au total, ce sont plus d’un milliard d’€ d’investissements que le CG se prépare à avoir investi dans les projets de transports durant la décennie 2010-2020.
                • Au-delà de ces 3 tramways, le Département s’investit également dans 2 nouveaux projets, tels que l’Assemblée les a approuvés lors de la présentation du Contrat de Plan Région-Département 2009-2013. Il s’agit, d’une part, d’un nouveau prolongement du tramway T1 sur Asnières, Colombes et enfin sur Nanterre et Rueil. Après la concertation préalable sur Asnières et Colombes en fin d’année 2011, les études du schéma de principe seront réalisées en 2012. D’autre part, le tramway Croix de Berny et Clamart Centre qui sera lui, une nouvelle ligne de tramway pour lequel le Dossier d’objectifs et de caractéristiques principales est en cours.
              • Les travaux liés au T6, dont la livraison de la partie de surface (sur le territoire alto séquanais) est prévue à l’été 2014, mobilisera plus de 37 M€ de crédits dès le BP. Bien évidemment, si le rythme des travaux devait s’accélérer, des inscriptions complémentaires seraient proposées en cours d’exercice.
            • Les infrastructures de transports devront disposer d’une enveloppe budgétaire en forte progression de plus de 12 M€ pour s’élever à un montant supérieur à 98 M€. Les prolongements des tramways T1 et T2 seront mis en service en fin d’année 2012. Ces opérations disposeront d’une enveloppe budgétaire de 74 M€. Ainsi, les travaux liés au T1 seront financés par un crédit de plus de 21 M€ et le T2 par une enveloppe en progression de 15 M€.
          • La voirie et les transports représentent pour notre collectivité deux domaines d’intervention pour accroitre l’attractivité de notre territoire. Elle correspond à une demande forte des maires et des élus locaux du Département. En proposant une offre de transports modernisée nous améliorons à la fois les conditions d’accueil de nouvelles entreprises et les conditions de vie des habitants au travers de la qualité des déplacements.
        • Nous avons commencé à travailler à nos contributions à la révision du SDRIF et nous produirons en 2012 des propositions concrètes sur la restructuration des transports en commun dans le territoire des Hauts-de-Seine, avec dans l’esprit de mieux articuler ces réseaux avec ceux du Grand Paris.
      • 2011 aura été marqué par l’actualité du Grand Paris et les autres projets de transports. Nous avons activement contribué à ce débat : le Conseil général a été écouté, et nos propositions ont été retenues. Et dans le travail qui est en cours sur chaque gare du réseau du Grand Paris, comme sur les gares d’Eole, acteurs locaux et maîtres d’ouvrage travaillent ensemble. Ces projets sont portés avec détermination et conscience qu’il nous faut rattraper au plus vite beaucoup de retard accumulé.
    • Les transports en commun
  • Mes chers Collègues,
    Comme l’a dit Eric Berdoati dans une conjoncture économique difficile, il est impératif de maintenir notre niveau d’investissement garant de l’emploi, dans notre pays.
    Le Conseil général s’implique plus que jamais dans les investissements structurants pour le département dans le domaine des voiries et des transports. Nous consacrerons, à ce stade des orientations budgétaires à ces investissements plus de 160 Millions d’€ en 2012, dont 98 M€ pour les seules infrastructures de transports.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Les évènements à venir

Aucun évènement prévu pour le moment.
Voir calendrier

Les derniers commentaires


Nos publicités

Echo(s) Sociaux

Echo(s) RSS