écho de Montrouge

pour tout voir, tout savoir et tout partager sur montrouge

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home règlements-concours Qui est le père entre deux papas ?

Qui est le père entre deux papas ?

Envoyer Imprimer PDF

C'est la question que les journalistes du parisien ont posé aux maires des villes du 92. Notre maire, Jean-Loup Metton répond.

 

Cohérent par rapport à ces précédentes sorties sur le thème, il indique ne pas être pour car « Il s’agit de créer artificiellement une nouvelle famille, qui n’est pas traditionnellement représentée avec un père et une mère, et qui risque de nuire au développement de l’enfant » estime Jean-Loup Metton qui selon le Parisien est devenu UMP...

Malgré ce point de vu, si la loi passe, il célèbrera les unions en mairie.

On vous met l'article du Parisien:

Ils y sont favorables
Patrick Jarry, maire (Gauche citoyenne) de Nanterre, estime que ce projet de loi « constitue un progrès dans notre société, qui se doit de l’inscrire dans une zone de droit ». Sébastien Pietrasanta () à Asnières, Jacques Bourgoin () à Gennevilliers, Catherine Margaté (PCF) à Malakoff y sont également « tout à fait » favorables, comme Philippe Kaltenbach, sénateur-maire de Clamart (PS).


Marie-Hélène Amiable (PCF), à Bagneux, et Pascal Buchet (PS), à Fontenay-aux-Roses, estiment d’ailleurs qu’il s’agit d’« une question de et d’égalité » entre les citoyens « quelle que soit leur orientation sexuelle » ou « leurs choix personnels ». « Ce sujet faisait partie du programme du président. Ceux qui s’y opposent auraient dû le faire savoir plus tôt », réagit Bernard Gauducheau, maire (UDI) de Vanves. Gilles Catoire (PS), à Clichy, et Philippe Sarre (PS), à Colombes, ont d’ailleurs déjà célébré des pacs gay.

Ils s’y opposent mais le célébreront

Comme Christian Dupuy (UMP), à Suresnes, Jean-Pierre Schosteck, maire (UMP) de Châtillon, n’est pas « contre le fait que les homosexuels s’unissent ». « Mais on va dénaturer le Code civil et la famille pour une petite minorité. Il suffisait d’élargir le pacs avec davantage de sécurité et des garanties équivalentes », estime l’élu. « Il s’agit de créer artificiellement une nouvelle famille, qui n’est pas traditionnellement représentée avec un père et une mère, et qui risque de nuire au développement de l’enfant », estime Jean-Loup Metton, maire UMP de Montrouge. Même raisonnement chez Eric Berdoati (UMP), à Saint-Cloud, qui a d’ailleurs écrit à François Hollande. Georges Siffredi, maire UMP de Châtenay-Malabry, le reconnaît : « Peut-être que le pacs ne va pas assez loin. S’il faut améliorer, améliorons, mais pas jusqu’au mariage. Cela entraînerait des problèmes de filiation ou d’adoption. » Jean-Yves Sénant, maire (UMP) d’Antony, demande la création d’un nouveau type de mariage : « Qu’on donne les mêmes droits à tous les couples ne me pose aucun problème. Mais je refuse d’être réduit à un parent n°1 ou n°2 comme le propose le texte. »
A Levallois-Perret, Patrick Balkany l’assure : « Depuis que je suis député, je n’ai jamais eu autant de demandes dans la circonscription me demandant de m’opposer à une loi. » Le maire de Sèvres, François Kosciusko-Morizet (DVD), « plutôt hostile », estime qu’il « n’y a pas d’urgence capitale à voter cette loi maintenant».

Ils refuseront de le célébrer

Pierre-Christophe Baguet, maire (UMP) de Boulogne-Billancourt, affirme qu’« en Espagne ou en Belgique, on a constaté des difficultés. Que fera-t-on quand deux papas se séparent puis se remettent chacun en couple? On se retrouve avec quatre papas? Aujourd’hui, une majorité des pacs est signée entre un homme et une femme, le mariage pour tous ne concernera qu’une minorité. La loi n’est pas faite pour anticiper. »
Sur les conséquences, Hervé Marseille, maire (NC) de Meudon demande : « Qui est le père entre deux papas? Quels sont les droits des uns et des autres? » Et Jean-Jacques Guillet, maire (UMP) de Chaville, d’enfoncer le clou : « Je comprends l’envie de la normalité pour les couples homosexuels. Mais c’est par définition impossible car la filiation est impossible. » Philippe Pemezec, maire (UMP) du Plessis-Robinson, est « favorable à une amélioration du pacs », mais refuse « que l’on touche à l’institution du mariage ». Jean-Christophe Fromantin, maire UDI de Neuilly-sur-Seine, réclame un « débat public ». « On le fait pour 4 km d’autoroute et pas sur une telle question. C’est une question de société qui doit dépasser les consignes d’un parti. » Les maires UMP de Bois-Colombes, Yves Revillon, et de Garches, Jacques Gautier, précisent qu’ils ne célébreront pas eux-mêmes l’union.

Ils hésitent

Denis Badré, maire (MoDem) de Ville-d’Avray, hésite à se déclarer clairement hostile à la loi sur le mariage pour tous. « Mais telle qu’elle est formulée, dans la précipitation, je dirais non. Le débat se concentre davantage sur le mot gay que sur le mot mariage, alors qu’il faut plutôt commencer par avoir une réflexion globale sur le mariage. »
Philippe Laurent, maire de Sceaux (UDI), avoue ne pas réussir à se positionner. «. J’aurais préféré qu’une cérémonie ou une union civile donne les mêmes droits, comme les parrainages civils à la place des baptêmes. Nous n’avons pas assez de recul. Mais peut-être ce sentiment est guidé par le fait que nous sommes dans le même schéma depuis des millénaires. »

Virginie Michel-Paulsen, maire (DVD) de Vaucresson, Christiane Barody-Weiss, maire (DVD) de Marnes-la-Coquette, André Santini, maire (NC) d’Issy-les- Moulineaux, Jacques Kossowski, maire (UMP) de Courbevoie, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire (UMP) de Puteaux, et Philippe Juvin (UMP), maire de La Garenne-Colombes, ont été sollicités mais n’ont pas donné suite.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Les évènements à venir

Aucun évènement prévu pour le moment.
Voir calendrier

Les derniers commentaires


Nos publicités

Echo(s) Sociaux

Echo(s) RSS