Chauffage : à Tarbes, les ventes de poêles à bois ont bondi de 40 % chez Campistro

Dans un contexte de flambée des prix de l’énergie favorable à la filière bois, le distributeur d’équipements de chauffage à bois des Hautes-Pyrénées connaît une année historique. 

“Depuis que j’ai débuté dans le métier, il y a 20 ans, je n’ai jamais vu ça”. Grégory Schweitzer, gérant de Campistro, distributeur “historique” d’équipements de chauffage à bois dans les Hautes-Pyrénées, ne cache pas sa satisfaction. Conformément à la tendance nationale, les ventes de poêles à bois ont bondi de 40 % par rapport à l’an dernier, chez Campistro. “Les acheteurs veulent être autonomes en matière de chauffage. Ils ont peur des coupures d’électricité et de gaz. Il y a une démarche économique, mais aussi écologique.

“Depuis qu’il pleut, c’est de la folie”

C’est la première année depuis 20 ans, que les clients s’y sont pris tôt, dès le mois de mai, alertés par les effets d’annonces médiatiques sur la guerre en Ukraine et la crise énergétique. En 2022, nous avons travaillé autant pendant l’avant-saison (mai-juin-juillet) qu’en pleine saison, qui s’échelonne habituellement sur les mois de septembre, octobre et novembre. Malgré cela, depuis qu’il pleut et qu’il fait plus froid, c’est de la folie. Nous sommes sollicités par des clients “de dernière minute”, davantage encore que les autres années”. “Même la cheminée opère un retour à force, depuis l’après covid. Au magasin de Biarritz, je vends 80 % de cheminées”, témoigne Grégory Schweitzer, pour des projets dont le budget moyen dépasse largement celui des poêles.

Un délai de livraison qui se rallonge fortement

Conséquence de cet emballement soudain pour chauffage à bois : il faut désormais attendre le mois de janvier ou de février si vous souhaitez profiter de la douce chaleur du feu de bois. D’une part, “mon équipe de poseurs a son planning rempli pour les deux mois à venir” déclare Grégory Schweitzer. D’autre part, le délai de livraison des fabricants s’allonge irrémédiablement : il est de deux mois pour les Belges et les Français, et de six mois pour les fournisseurs allemands qui sont littéralement submergés par une multiplication par dix du marché du bois outre-rhin, en raison de la dépendance à 90 % au gaz russe. Le granulé a également le vent en poupe, même si Campistro est moins spécialisé que ses concurrents qui ont vu leurs ventes de poêles à granulés augmenter de plus de 60 %. Mais le marché devrait être ralenti dans les prochains mois, par la rupture d’approvisionnement et la flambée des prix des granulés. Le bois de chauffage, lui, devrait connaître un engouement durable, “de trois à cinq ans, voire jusqu’à 10 ans” pronostique le gérant de Campistro. La filière essaie même de s’organiser sur le long terme, avec la création d’une fédération des installateurs de poêles et de cheminées (FIPC) qui vise notamment à créer une filière de formation professionnelle diplômante et une reconnaissance auprès des organismes d’Etat. La filière bois a encore de beaux jours devant elle. 

Lien source : Chauffage : à Tarbes, les ventes de poêles à bois ont bondi de 40 % chez Campistro