Covid-19 : comment Bill Gates a contrôlé la politique sanitaire mondiale

Les complotistes, dès mars 2020, à l’orée de la grande crise sanitaire et de ses multiples scandales – pour ne pas dire crimes –, avaient déjà fait les liens entre le Covid, Wuhan, l’OMS, Bill Gates, etc. Lorsque les vaccins arrivèrent sur le marché, ces liens qui étaient bien documentés par les horribles conspirationnistes étaient aveuglément niés par les crédulistes et perfidement dissimulés (ou moqués lorsque la dissimulation devenait difficile) par la meute médiatique.

Sauf que, selon l’adage qui veut que quelques mois – voire quelques années – séparent les complotistes et les crédulistes (mais qu’avoir raison trop tôt c’est avoir tort), la vérité commence enfin à émerger doucement (très doucement) dans les médias traditionnels.

C’est ainsi que Politico a publié quatre textes documentant les liens entre la réponse au Covid et l’influence de Bill Gates, de l’OMS et du Gavi (l’Alliance du Vaccin) :

Comment Bill Gates et ses partenaires ont utilisé leur influence pour contrôler la réponse mondiale au Covid – sans contrôle ou presque

Rencontrez le docteur le plus puissant du monde : Bill Gates

Derrière les chiffres : comment nous avons analysé l’influence mondiale de Gates et de ses partenaires

6 graphiques qui montrent comment l’argent et l’influence ont façonné le plan Covid mondial

Ces quatre articles sont en langue anglaise, et leur lecture complète est assez longue, en particulier le premier lien qui comporte 4 chapitres et plus de 160 000 signes. Cependant nous en avons traduit quelques passages instructifs qui viennent confirmer que Bill Gates et les différentes organisations qu’il finance de près ou de loin ont infléchi les politiques anti-Covid des gouvernements dans le monde, avec une très claire stratégie tout-vaccin.

Si donc certains de nos lecteurs assidus n’apprendront pas grand chose, ils pourront disposer de chiffres et de faits, et surtout d’une source inattaquable pour les crédulistes, le journal Politico, qui n’est pas le plus extrémiste et nauséabond des canards.

S’il fallait résumer en une image l’ensemble de l’escroquerie de Bill Gates, il suffira de se souvenir que celui-ci s’est départi plusieurs de fois de sa fortune – ou de parties de sa fortune – et qu’il reste toujours malgré cela l’un des hommes les plus riches du monde, le 4e précisément, avec une fortune qui n’a cessé de croître (129 milliards de dollars en 2022) :


Comment Bill Gates et ses partenaires ont utilisé leur influence pour contrôler la réponse mondiale au Covid – sans contrôle ou presque

Quand le Covid-19 a frappé, les gouvernements du monde n’étaient pas préparés.

De l’Amérique à l’Europe en passant par l’Asie, ils sont passés de la minimisation de la menace à la fermeture de leurs frontières dans des tentatives malheureuses pour contenir une propagation virale qui a rapidement envahi le monde. Alors que les nations les plus puissantes se sont tournées vers leurs populations, quatre organisations non gouvernementales mondiales de santé ont commencé à élaborer des plans pour une lutte contre un virus qui ne connaissait pas de frontières.

Ce qui a suivi a été un déplacement du pouvoir, presque inexorablement, des gouvernements débordés vers un groupe d’organisations non gouvernementales, selon une enquête de sept mois menée par des journalistes de POLITICO basés aux États-Unis et en Europe et le journal allemand WELT.

Armées d’expertise, renforcées par des contacts aux plus hauts niveaux des nations occidentales et renforcées par des relations bien établies avec les fabricants de médicaments, les quatre organisations ont assumé des rôles souvent joués par les gouvernements – mais sans la responsabilité qu’engagent les gouvernements.

Alors que les nations débattaient encore de la gravité de la pandémie, les groupes ont identifié des fabricants de vaccins potentiels et ciblé des investissements dans le développement de tests, de traitements et de vaccins. Et ils ont utilisé leur influence auprès de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour aider à créer un plan de distribution mondial ambitieux pour la diffusion de ces outils Covid aux pays nécessiteux, bien qu’il échouera finalement à tenir ses promesses initiales.

Les quatre organisations avaient travaillé ensemble dans le passé, et trois d’entre elles partageaient une histoire commune. La plus grande et la plus puissante était la Fondation Bill & Melinda Gates, l’une des plus grandes organisations philanthropiques au monde.

Ensuite, il y avait le Gavi, l’organisation mondiale de promotion des vaccins que Gates a aidé à fonder pour inoculer les personnes dans les pays à faible revenu. Puis le Wellcome Trust, une fondation de recherche britannique dotée d’une dotation de plusieurs milliards de dollars qui avait travaillé avec la Fondation Gates les années précédentes. Enfin, il y avait la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), le groupe international de recherche et de développement de vaccins que Gates et Wellcome ont tous deux contribué à créer en 2017.


4 ONG ont donné ou investi près de 10 milliards de dollars pour lutter contre le Covid-19
Subventions et investissements Covid-19 par organisation

POINTS CLÉS À RETENIR

1. Les quatre organisations ont dépensé près de 10 milliards de dollars pour le Covid depuis 2020 – le même montant que la principale agence américaine chargée de lutter contre Covid à l’étranger.

2. Les organisations ont collectivement donné 1,4 milliard de dollars à l’Organisation mondiale de la santé, où elles ont aidé à créer une initiative pour distribuer des vaccins anti Covid-19 dans le monde entier. Ce programme n’a pas atteint ses objectifs initiaux.

3. Les dirigeants des organisations ont eu un accès sans précédent aux plus hauts niveaux de gouvernement, dépensant au moins 8,3 millions de dollars pour faire pression sur les législateurs et les fonctionnaires aux États-Unis et en Europe.

4. Des fonctionnaires des États-Unis, de l’UE et des représentants de l’OMS ont intégré ces quatre organisations (NDT : pantouflage) en tant qu’employés, les aidant à consolider leurs relations politiques et financières à Washington et à Bruxelles.

5. Les dirigeants des quatre organisations se sont engagés à combler le déficit de traitement entre pays riches et pauvres. Cependant, pendant les pires vagues de la pandémie, les pays à faible revenu se sont retrouvés sans vaccins vitaux.

6. Les dirigeants de trois des quatre organisations ont soutenu qu’il n’était pas nécessaire de lever les protections de la propriété intellectuelle (brevets) pour augmenter l’approvisionnement en vaccins – ce qui, selon les militants, aurait permis de sauver des vies.

L’enquête, qui s’est appuyée sur plus de quatre douzaines d’entretiens avec des responsables américains et européens et des spécialistes de la santé mondiale, a retracé le cheminement étape par étape par lequel une grande partie de la réponse internationale à la pandémie de Covid est passée des gouvernements à un groupe d’experts non gouvernementaux supervisé par le secteur privé. Il a également détaillé les relations financières et politiques importantes qui leur ont permis d’atteindre un tel poids aux plus hauts niveaux du gouvernement américain, de la Commission européenne et de l’OMS.

Les responsables qui ont parlé à POLITICO et WELT viennent des plus hauts niveaux des gouvernements aux États-Unis et en Europe, y compris dans les agences de santé. Ils ont obtenu l’anonymat pour parler franchement de la façon dont leurs administrations respectives ont abordé la réponse internationale au Covid et des faux pas qui se sont produits au cours de leur mandat. Beaucoup d’entre eux ont traité directement avec des représentants des quatre agences mondiales de santé, certains quotidiennement.

POLITICO et WELT ont examiné les procès-verbaux de réunion ainsi que des milliers de pages de divulgations financières et de documents fiscaux, qui ont révélé que les groupes avaient dépensé près de 10 milliards de dollars depuis 2020 – le même montant que la principale agence américaine chargée de lutter contre le Covid. Il s’agit de l’une des premières comptabilisations complètes des dépenses des organisations mondiales de santé dans la lutte mondiale contre la pandémie.

Maintenant, les critiques soulèvent des questions importantes sur l’équité et l’efficacité de la réponse du groupe à la pandémie – et les sérieuses limites de l’externalisation de la réponse à la pandémie à des groupes non élus et financés par le secteur privé.

« Je pense que nous devrions être profondément inquiets », a déclaré Lawrence Gostin, professeur à l’Université de Georgetown, spécialisé dans le droit de la santé publique. « Pour le dire de manière très grossière, l’argent achète de l’influence. Et c’est la pire des influences. Pas seulement parce que c’est de l’argent – même si c’est important, parce que l’argent ne devrait pas dicter la politique – mais aussi parce que cela donne un accès préférentiel, derrière des portes fermées ».

Gostin a déclaré qu’un tel pouvoir, même s’il est propulsé par de bonnes intentions et une réelle expertise, est « antidémocratique, car il est extraordinairement non transparent et opaque » et « laisse derrière les gens ordinaires, les communautés et la société civile ».

Alors que des dizaines d’organisations mondiales de santé ont participé à la réponse mondiale au Covid, l’enquête POLITICO et WELT s’est concentrée sur ces quatre organisations en raison de leurs liens les unes avec les autres – le Gavi et le CEPI ont reçu un financement de démarrage de la Fondation Bill & Melinda Gates – et parce qu’elles ont joué ensemble un rôle essentiel en conseillant les gouvernements et l’OMS.

« Ce sont de très bons lobbyistes. Les gens sont très capables et passionnés par leurs objectifs », a déclaré un responsable de l’Union européenne. « Bien sûr, ils viennent aussi chercher des fonds ».

Au cours des deux dernières années, le Gavi et le CEPI ont dépensé au moins 1,3 million de dollars en lobbying visant à obtenir des fonds américains et européens pour financer leurs propres entreprises et les causes qu’ils soutenaient, selon les registres du lobbying. Wellcome a également fait pression en Europe – en dépensant au moins 1,1 million de dollars – pour obtenir un soutien politique pour ses programmes.

Pendant ce temps, la Fondation Gates a créé en 2019 une société de lobbying connue sous le nom de Gates Policy Initiative, dirigée par Rob Nabors, ancien chef de cabinet adjoint de la Maison Blanche pour la politique dans l’administration Obama. Il n’y a pas de formulaires de divulgation de lobbying dans les dossiers de l’entreprise.

Un porte-parole de la fondation a déclaré que la loi américaine interdit aux fondations privées de faire du lobbying et que la Gates Policy Initiative est une organisation distincte de la fondation qui ne se coordonne pas avec elle sur les activités programmatiques. Dans un communiqué, un porte-parole de la Gates Policy Initiative a déclaré que l’organisation est financée par un « don direct » fourni par Bill Gates et Melinda French Gates et qu’elle ne s’est pas engagée dans des activités qui nécessiteraient le dépôt de formulaires de divulgation de lobbying.

Les dirigeants de la Fondation Gates étaient également leurs meilleurs lobbyistes. Plusieurs anciens responsables et employés de Trump à Capitol Hill ont déclaré que Gates et son équipe rencontraient fréquemment des législateurs et des responsables de l’administration, y compris le secrétaire à la Santé Alex Azar, au sujet des priorités de dépenses du gouvernement dans la lutte contre la pandémie. Azar n’a pas pu être joint pour un commentaire.

Dans l’UE et au Royaume-Uni, de 2020 au début de 2022, il y a eu plus de 100 réunions liées à Covid ou à la préparation à une pandémie entre des responsables des quatre organisations et de hauts responsables de la Commission ou du Royaume-Uni, selon les registres du lobbying. Les dirigeants des organisations ont assisté à certaines des réunions, tout comme le Premier ministre britannique et la chef de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. En Allemagne, le CEPI et le Gavi ont envoyé de nombreuses lettres au bureau du chancelier allemand sur une période de deux ans dans le but d’obtenir davantage de financements pour leurs organisations respectives.

Toute la sensibilisation mise en place a porté ses fruits, tant en termes d’argent que d’influence.

Depuis 2020, le CEPI et le Gavi ont levé des milliards de dollars grâce à leur lobbying. Entre 2020 et 2021, la Commission européenne a donné au CEPI plus de 100 millions de dollars, tandis que le Royaume-Uni a contribué à plus de 330 millions de dollars, l’Allemagne a versé plus de 430 millions de dollars et les États-Unis ont donné 8 millions de dollars. Dans le cas du Gavi, pour la période de 2021 à 2025, les États-Unis ont promis plus de 4,8 milliards de dollars, le Royaume-Uni a alloué plus de 2,6 milliards de dollars, l’Allemagne a promis plus de 2 milliards de dollars et la Commission européenne plus de 1 milliard de dollars.

Rencontrez le docteur le plus puissant du monde : Bill Gates

L’emprise du magnat du logiciel sur l’Organisation mondiale de la santé suscite des critiques sur les priorités mal placées et l’influence indue.

Certains milliardaires se contentent de s’acheter une île. Bill Gates a obtenu une agence de santé des Nations Unies à Genève.

Au cours de la dernière décennie, l’homme le plus riche du monde est devenu le deuxième plus grand donateur de l’Organisation mondiale de la santé, juste derrière les États-Unis et juste devant le Royaume-Uni. Cette largesse lui donne une influence démesurée sur son programme, une influence qui pourrait croître alors que les États-Unis et le Royaume-Uni menacent de réduire le financement si l’agence ne présente pas un meilleur dossier d’investissement.

Le résultat, disent ses détracteurs, est que les priorités de Gates sont devenues celles de l’OMS. Plutôt que de se concentrer sur le renforcement des soins de santé dans les pays pauvres – ce qui aiderait, à leur avis, à contenir de futures épidémies comme l’épidémie d’Ebola – l’agence dépense une quantité disproportionnée de ses ressources sur des projets avec les résultats mesurables que Gates préfère, comme l’effort pour éradiquer la poliomyélite.

[…]

Cependant, son emprise inquiète les ONG et les universitaires. Certains défenseurs de la santé craignent que l’argent de la Fondation Gates provenant d’investissements dans les grandes entreprises ne serve de cheval de Troie aux intérêts des entreprises pour saper le rôle de l’OMS dans l’établissement de normes et l’élaboration de politiques de santé.

D’autres craignent simplement que l’organisme de l’ONU dépende trop de l’argent de Gates et que l’entrepreneur puisse un jour changer d’avis et le déplacer ailleurs.

[…]

L’éradication de la poliomyélite est de loin le programme le mieux financé de l’OMS, avec au moins 6 milliards de dollars qui lui ont été alloués entre 2013 et 2019, en grande partie parce qu’environ 60 % des contributions de la Fondation Gates sont affectées à la cause. Gates veut des résultats tangibles, et éliminer une maladie invalidante comme la poliomyélite en serait une.

Mais l’accent mis sur la poliomyélite a effectivement laissé l’OMS mendier des fonds pour d’autres programmes, en particulier pour soutenir les systèmes de santé des pays pauvres avant que la prochaine épidémie ne frappe.

La crise Ebola de 2014, qui a tué 11 000 personnes en Afrique de l’Ouest, a été une expérience particulièrement meurtrière pour l’OMS. Un programme d’urgence élaboré à la suite de l’épidémie n’a reçu jusqu’à présent qu’environ 60% des 485 millions de dollars nécessaires pour 2016-2017.

[…]

Mais l’accent mis par la Fondation sur la livraison de vaccins et de médicaments, plutôt que sur la construction de systèmes de santé résilients, a suscité des critiques. Et certaines ONG craignent que la Fondation ne soit trop proche de l’industrie.

En janvier, 30 groupes de défense de la santé ont écrit une lettre ouverte au conseil d’administration de l’OMS pour protester contre le fait de faire de la Fondation Gates un partenaire officiel de l’agence parce que ses revenus proviennent d’investissements dans des entreprises qui sont en contradiction avec les objectifs de santé publique, comme Coca-Cola.

[…]

Une grande inconnue est ce qu’il adviendra de l’argent de la fondation une fois qu’elle aura atteint son objectif d’éradication de la poliomyélite, qui a commencé à la fin des années 1980 et semble maintenant se rapprocher de son objectif. Chan a averti que si l’argent pour la poliomyélite s’épuise en 2019, l’organisme mondial de la santé sera à la recherche d’encore plus d’argent.

Landry de la Fondation Gates a déclaré que ses collègues travaillaient avec l’OMS et son équipe sur la poliomyélite sur un « plan de transition » pour garantir que les programmes actuellement financés par l’effort contre la poliomyélite ne rencontrent pas de problèmes une fois que l’argent cesse de couler. L’OMS doit présenter un rapport à ce sujet aux pays membres en mai.

« L’impact de la fondation sur l’OMS est énorme », a déclaré Garrett, du Council on Foreign Relations (CFR). « S’ils n’étaient pas là, s’ils repartaient avec leur argent, l’impact délétère serait profond, et tout le monde n’en est que trop conscient ».

6 graphiques qui montrent comment l’argent et l’influence ont façonné le plan Covid mondial

Quatre organisations de santé de premier plan ont joué un rôle majeur dans la conception et la création de programmes critiques pour développer, sécuriser et distribuer des tests, des vaccins et des traitements anti-Covid.

Alors que les gouvernements se bousculaient au début de la pandémie de Covid-19, quatre organisations mondiales de santé sont intervenues, utilisant leurs comptes bancaires de plusieurs milliards de dollars et leurs relations politiques pour aider à orienter la réponse des dirigeants mondiaux à un virus qui a tué 6 millions de personnes, selon les données d’une analyse financière réalisée par des journalistes de POLITICO basés aux États-Unis et en Europe et le journal allemand WELT.

L’enquête montre à quel point les organisations ont usé de leur influence pour aider à prendre des décisions de vie ou de mort sur l’allocation de fonds essentiels, de vaccins et de médicaments. Ensemble, ces organisations forment une sorte de monopole mondial de la santé, disent les défenseurs de la santé.

L’équipe de journalistes a mené une enquête financière de sept mois – la première du genre – sur la Fondation Bill & Melinda Gates, Wellcome Trust, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), et le Gavi, l’Alliance du vaccin. L’examen a consisté à passer au crible des milliers de subventions et d’investissements obtenus via des états financiers, des documents fiscaux, des divulgations de lobbying et des dépôts auprès de la SEC.

Il existe des dizaines d’organisations mondiales de santé qui ont travaillé sur le Covid ; ceux inclus dans l’analyse financière POLITICO-WELT ont joué un rôle majeur dans la conception et la création de programmes critiques, y compris à l’Organisation mondiale de la santé, pour développer, sécuriser et distribuer des tests, des vaccins et des traitements.

Collectivement, les quatre organisations donnent chaque année des milliards de dollars à l’OMS. La Fondation Gates a été le deuxième plus grand donateur de l’OMS, derrière l’Allemagne, de 2020 à 2021. Le Gavi a également fait don d’une somme d’argent importante à l’organisation – un total de 432 millions de dollars de 2020 à 2021. Jeremy Farrar, le directeur de Wellcome , avait l’habitude de présider un groupe consultatif scientifique pour la recherche et le développement à l’OMS, et a conseillé son directeur général sur la manière de combattre le Covid dans le monde.

Le CEPI est la seule organisation sur les quatre qui n’a pas donné à l’OMS.

Les quatre organisations sont différentes dans leur façon de collecter des fonds, d’accorder de l’argent et de fonctionner en général. Deux d’entre elles – Wellcome et la Fondation Gates – sont des organisations philanthropiques qui puisent dans des fonds de plusieurs milliards de dollars. Ils se classent parmi les plus grandes fondations caritatives au monde.

Le CEPI utilise à la fois des fonds publics et privés pour financer ses opérations de recherche et développement. Et le Gavi, une organisation qui se concentre étroitement sur la vaccination, reçoit principalement des fonds publics – son conseil d’administration est composé de représentants gouvernementaux des pays donateurs et bénéficiaires.

Trois des organisations sont directement connectées. La Fondation Gates a aidé à financer la création du Gavi et du CEPI. Le Wellcome Trust, créé dans les années 1930 au Royaume-Uni, s’est associé à la Fondation Gates pour le développement de traitements anti-Covid et a donné séparément 22 millions de dollars au CEPI pour aider à accélérer le développement de doses de vaccins.

La Fondation Gates et Wellcome Trust ont soutenu financièrement l’effort COVAX – mené par le Gavi, le CEPI et l’UNICEF – pour élargir l’accès aux vaccins Covid (Le COVAX est une initiative ayant pour but d’assurer un accès équitable à la vaccination contre le Covid-19 dans 200 pays – NDT).

Les quatre organisations ont investi massivement dans le développement et l’approvisionnement du vaccin Covid, dépensant 2,4 milliards de dollars. Environ 75% du financement consacré au développement et à l’achat de contre-mesures médicales – y compris les injections, les tests et les médicaments – était destiné au vaccin.

Le CEPI a donné le plus, finançant plus de 1,7 milliard de dollars dans le développement et l’approvisionnement de vaccins, selon l’analyse financière. Presque tout son portefeuille Covid s’y est concentré. Plus de 30% des dépenses totales de la Fondation Gates pour Covid ont été consacrées au développement de vaccins, dont 400 millions de dollars de prêts et de garanties de volume pour garantir des doses à distribuer dans le monde entier.

Lien source : Covid-19 : comment Bill Gates a contrôlé la politique sanitaire mondiale