Évolution du nombre de décès depuis le 1er janvier 2022

Du 1er janvier au 17 octobre 2022, 521 962 décès, toutes causes confondues, sont enregistrés en France à la date du 28 octobre 2022, soit 7,9 % de plus qu’en 2019 (+ 38 347 décès) selon l’INSEE.

La Covid-19 peut avoir des formes graves (DR)
La Covid-19 peut avoir des formes graves (DR)

Selon les données provisoires du 28 octobre 2022 publiées par l’INSEE, le nombre de décès moyen par jour est de 1 640 en septembre. Il s’était maintenu à un niveau assez élevé en août (1 700) après une forte hausse en juillet (où il avait atteint 1 760, alors qu’il était de 1 610 en juin 2022). Le nombre moyen de décès quotidiens, qui atteignait 2 150 en janvier 2022, n’avait ensuite cessé de diminuer mois après mois, à l’exception du mois d’avril où une très légère remontée avait été observée (1 870 après 1 850 en mars)

Épidémie et canicule

Sur la période allant du 1er janvier au 31 mai 2022, 288 276 décès ont été enregistrés en France, soit + 7,5 % par rapport à la même période en 2019 (+ 20 100), et un niveau assez proche de celui observé sur cette période en 2021 (- 1,5 %, – 4 484).
Sur la période allant du 1er juin au 31 août 2022, 155 603 décès ont été enregistrés en France, soit + 9,8 % par rapport à la même période en 2019 (+ 13 911), et + 6,1 % par rapport à la même période en 2021 (+ 8 948). Ces niveaux élevés interviennent dans un contexte de poursuite de l’épidémie de Covid-19 et d’épisodes de canicule marqués pendant l’été 2022.
Selon les bulletins de Santé publique France consacrés au suivi de la canicule, la France a ainsi connu trois épisodes de canicule au cours de l’été 2022 : le premier, inédit par sa précocité et son intensité, a duré du 15 au 22 juin ; le second s’est étalé du 12 au 25 juillet, avec des pics de recours aux soins d’urgence du 15 au 18 juillet ; la troisième vague de chaleur a débuté le 31 juillet pour se terminer vers la mi-août. La chronique des décès toutes causes confondues laisse entrevoir un 1er pic de décès, toutes causes confondues, autour du 18 juin.

Un pic en juillet et en août

En juin 2022, les décès sont supérieurs de 4 % aux décès survenus en juin 2019. En juillet, les décès toutes causes confondues atteignent un pic très net le 19 juillet (2 108 décès), après un pic moins marqué le 12 juillet, et les décès totaux du mois de juillet 2022 sont supérieurs de 13 % à ceux de juillet 2019. En août, un pic de décès toutes causes confondues est observé le 4 août, puis un second, de moindre ampleur, le 13 août. Les décès survenus en août 2022 sont supérieurs de 11 % à ceux survenus en août 2019.

La comparaison avec l’année 2019 présente toutefois des limites, car l’été 2019 avait lui-même été marqué par deux épisodes de canicule très intenses et étendus sur le territoire fin juin-début juillet et fin juillet (cf. Santé publique France), donc à des dates et avec des intensités différentes de 2022.

La population a également augmenté et vieilli entre 2019 et 2022.

Par ailleurs, du 1er juin au 31 août, Santé publique France comptabilise environ 1 920 décès avec la Covid-19 (sans que celle-ci soit forcément la cause du décès) survenus en moyenne par mois à l’hôpital ou en établissement pour personnes âgées (contre près de 4 920 en moyenne chaque mois sur la période du 1er janvier au 31 mai 2022). Ce nombre de décès de personnes atteintes de la Covid19 a doublé entre juin et juillet 2022, pour se maintenir à un niveau assez élevé en août 2022.
Sur la période allant du 1er septembre au 17 octobre 2022, selon les données provisoires du 28 octobre 2022, 78 083 décès ont été enregistrés en France, soit + 5,9 % par rapport à la même période en 2019 (+ 4 336), et un niveau un peu inférieur à celui observé sur cette période en 2021 (- 1,5 %, – 1 221).

En France métropolitaine, le nombre de décès enregistrés entre le 1ᵉʳ janvier et le 17 octobre 2022 est supérieur de 7,6 % à celui mesuré sur la même période en 2019.

Sur cette période, toutes les régions de France métropolitaine enregistrent une hausse des décès. Elle est la plus prononcée en Corse (+ 15 %), en Occitanie (+ 11 %), puis en Provence-Alpes-Côte d’Azur, Nouvelle-Aquitaine, Pays-de-la-Loire et Bretagne (+ 9 %). Elle est la plus faible en Île-de-France et dans la région Centre-Val de Loire (un peu plus de + 5 %).
Sur la période du 1er juin au 31 août, la hausse des décès entre 2019 et 2022 est supérieure à la moyenne en France métropolitaine (+ 9,6 %) dans sept régions : des régions situées dans le sud de la France (Corse (+ 15 %), Occitanie (+15%), Provence-Alpes-Côte d’Azur (+ 12 %) et Nouvelle-Aquitaine (+ 12 %)), comme des régions situées dans le nord-ouest (Normandie (+ 14 %), Bretagne (+ 13 %), Pays-de-la-Loire (+ 13 %). La comparaison des décès survenus l’été entre 2019 et 2022 est à prendre avec précaution, les épisodes de canicule n’ayant pas touché avec la même intensité ni aux mêmes moments les différentes régions, et l’épidémie de Covid-19 se poursuivant à l’été 2022.

Les départements d’outre-mer connaissent une hausse très importante des décès entre 2019 et 2022 sur la période allant du 1ᵉʳ janvier au 17 octobre (+ 22 %).

La hausse des décès est particulièrement élevée à La Réunion (+ 31 %) et la moins marquée en Guyane (+ 11 %). Sur la période du 1er juin au 31 août, les décès, toutes causes confondues, sont aussi en plus forte augmentation à La Réunion (+ 30 % par rapport à la même période en 2019), suivie de la Guadeloupe (+ 16 %) et de la Martinique (+ 16 %). La hausse est nettement plus modérée à Mayotte (+ 9 %) et encore plus en Guyane (+ 6 %).
Pour les départements d’outre-mer les moins peuplés, ces évolutions doivent être interprétées avec précaution, le nombre de décès pouvant davantage fluctuer d’une année sur l’autre.

Évolution du nombre de décès depuis le 1er janvier 2022 en comparaison des années 2020 et 2021

Entre le 1er janvier et le 17 octobre, les décès toutes causes confondues sont légèrement plus élevés qu’à la même période en 2021 (+ 3 243, soit + 0,6 %) et supérieurs à ceux de 2020 (+ 11 797, soit + 2,3 %). Si, sur la période janvier-février, les décès en 2022 sont proches des décès en 2021 (– 0,3 %), ils sont nettement supérieurs à ceux de janvier-février 2020 (+ 13,7 %), en raison d’une grippe saisonnière ayant entraîné peu de décès début 2020. En revanche, sur la période mars-mai, les décès de 2022 sont inférieurs à ceux de 2021 (– 2,5 %) et très nettement inférieurs à ceux de 2020 (– 8,2 %), en raison de la 1ère vague de la Covid-19. Sur la période juin-août, les décès en 2022 sont supérieurs à ceux de 2021 (+ 6,1%) et encore davantage à ceux de 2020 (+ 8,9 %). Du 1er septembre au 17 octobre, les décès en 2022 sont inférieurs à ceux survenus en 2021 (- 1,5 %) comme en 2020 (- 1,4 %), selon les données provisoires du 28 octobre.

Lien source : Évolution du nombre de décès depuis le 1er janvier 2022