Grand Poitiers baisse la température pour éviter de boire la tasse financière

Face à la hausse des coûts, la communauté urbaine va activer des économies d’énergie dans ses bâtiments, notamment les équipements sportifs, qui consomment les deux tiers de la facture.

Un degré en moins dans les locaux administratifs (18° au lieu de 19°), les salles de sport, les dojos et les vestiaires et 25 °C dans l’eau des piscines, sauf pour les séances de bébés nageurs où elle sera remontée à 32 °C. À la rentrée des vacances de la Toussaint, le lundi 7 novembre, la communauté urbaine de Grand Poitiers va baisser le thermostat dans ses équipements publics. « Sous réserve que la température extérieure nécessite qu’on actionne le chauffage à cette date, ce qui n’est pas garanti, à l’aune de la météo hors norme qu’on connaît en ce moment », précise Robert Rochaud, vice-président en charges des finances.

« On va calfeutrer les locaux énergivores »

Avec Claude Eidelstein, le rapporteur du budget et Aloïs Gaborit, chargé de la transition énergétique, l’élu écologiste a détaillé les mesures d’économies que la communauté urbaine prévoit à court terme. Parce que la hausse des coûts de l’énergie va peser très lourd sur les finances communautaires: une hausse de 1,2 million d’euros entre 2021 et 2022, qui pourrait être multipliée par trois pour 2023. De quoi faire très peur aux argentiers de Grand Poitiers, qui veulent « conserver les capacités d’investissement que la majorité a votées ».
Outre les mesures sur le thermostat des bâtiments (les équipements sportifs consomment 64% de la facture énergétique totale) et l’éclairage public, Grand Poitiers a désigné des « référents thermiques » pour chacun de ses locaux, chargés de repérer les chutes de température: « Dans ce cas, on va calfeutrer tous les locaux qui seront désignés comme énergivores. »
La cellule de crise énergétique, qui se réunit depuis juillet dernier, travaille également à des mesures de plus long terme: rationaliser les moyens (fournitures, matériels, véhicules), former les agents aux écogestes, mettre en vente des biens immobiliers inutilisés. Tout ça pour repousser au plus loin l’hypothèse ultime qui consisterait à réduire les horaires des services publics de la collectivité.

en savoir plus

Quels horaires
pour l’éclairage?

Grand Poitiers va s’aligner sur les horaires d’extinction des éclairages publics proposés par le syndicat Énergie Vienne (22h – 6h30), auquel sont intégrées une large majorité des communes de la communauté urbaine, sauf dans les zones où l’éclairage est nécessaire. Une concertation va s’ouvrir avec les communes qui ont déjà adopté d’autres mesures, comme Poitiers (minuit-5h), Saint-Benoît, Dissay, Chasseneuil-du-Poitou, Jaunay-Marigny, pour une possible mise en oeuvre dès janvier 2023. « Les 42.500 points lumineux du territoire (dont 17.800 Led), représentaient une consommation de 11.000 MwH pour l’année 2021, soit 2 millions d’euros, explique Aloïs Gaborit, vice-président à la transition énergétique. Outre la mesure d’extinction, on a engagé un vaste projet de modernisation de l’éclairage public pour remplacer près de 20.000 points lumineux par des Led, pour un montant total de 20 M€, sur plusieurs années. » Et Grand Poitiers va limiter les éclairages lors des entraînements sportifs en extérieur, en concertation avec les clubs.

Lien source : Grand Poitiers baisse la température pour éviter de boire la tasse financière