Hautes-Pyrénées : battu mais pas abattu, l’ancien député Lrem Jean-Bernard Sempastous veut rester dans l’action

S’il a perdu les dernières élections législatives, Jean-Bernard Sempastous, l’ancien député Lrem des Hautes-Pyrénées, compte bien continuer à apporter sa contribution à la politique d’Emmanuel Macron.

C’est lors d’un point presse faisant office de présentation de ses vœux pour 2023 que le député sortant de la 1ère circonscription, Jean-Bernard Sempastous, a dressé ses projets politiques, non sans revenir sur sa défaite aux élections législatives de 2022. Et de déplorer « l’absence » de celle qui lui a succédé à l’Assemblée Nationale, Sylvie Ferrer (LFI).
«On a perdu avec seulement une centaine de voix mais le résultat est le même. La dynamique n’y était pas, on l’a vu sur le terrain, c’était compliqué malgré le travail qui a été fait. Après les élections, on a voulu laisser le temps à la réflexion et à la respiration mais avec mon équipe, on continue à œuvrer », assure celui qui se décrit aujourd’hui comme un simple militant.

« Je n’ai jamais été un pro de la politique. J’étais pendant 29 ans enseignant avant de mettre entre parenthèses ma vie professionnelle pendant cinq ans et, passionné par mon métier, j’ai eu plaisir à retrouver les bancs du lycée». Ce qui ne l’empêche pas d’être « un spectateur mais aussi un acteur de la vie politique », selon ses termes.

« Sylvie Ferrer est hors-sol et invisible »

« J’ai toujours été militant et je porte un regard très attentif sur ma circonscription. Et aussi un œil averti sur le travail de celle qui m’a remplacé, une militante insoumise hors-sol, invisible et dans une opposition systématique. Je lui souhaite un prompt rétablissement, il paraît qu’elle avait besoin de repos. Je confirme qu’être député demande un effort à 300 %, un effort intellectuel, physique, d’organisation, … Je montais aussi à Paris en train, je sais ce que ça représente. Et je ne passais pas mon temps à me balader avec l’écharpe aux côtés de la CGT. Avec elle, on est dans des rails d’intolérance, dans un jeu politique que je regrette », pointe-t-il.

Une association sur la première circonscription

« Je reste dans l’action militante de Renaissance, je suis inscrite dans cette dynamique depuis 2016. Je ne regrette aucunement ce choix politique, au contraire, j’en suis fier et ma préoccupation est de faire vivre mes idées européennes et humanistes. D’où la création d’une association sur la première circonscription qui répond à un besoin de continuité qui nous a été exprimé.

L’objectif est de réfléchir pour la suite pour mieux agir sur cette circonscription qui aujourd’hui n’est pas représentée à l’Assemblée», annonce-t-il. En vue des prochaines échéances électorales, municipales ou nationales ? Aujourd’hui, je suis dans une dynamique d’accompagner le président de la République, le reste, on verra », déclare-t-il.

Lien source : Hautes-Pyrénées : battu mais pas abattu, l'ancien député Lrem Jean-Bernard Sempastous veut rester dans l’action