La Roche-Rigault : le “forcené” condamné à six mois de sursis pour violences avec arme

La Roche-Rigault : le “forcené” condamné à six mois de sursis pour violences avec arme

Fin juin, un individu avait été interpellé dans la commune de La Roche-Rigault, pour violences avec arme sur son voisin. Mardi 20 septembre 2022, il a été condamné au tribunal correctionnel de Poitiers à six mois d’emprisonnement avec sursis.

Dimanche 26 juin dernier, un habitant de la commune de La Roche-Rigault s’est réveillé vers 8 h 45, au son d’un coup de feu.

La faute à un conflit qui a éclaté entre deux voisins, sur fond de tensions autour d’une liaison extraconjugale.

Ce qui a obligé le peloton de surveillance et de protection de la gendarmerie (PSPG) de Chinon à intervenir afin d’interpeller, sans difficultés, un homme de 38 ans.

Convocation au tribunal pour violences avec armes et menaces de mort

Près de trois mois plus tard, ce mardi 20 septembre, l’auteur du coup de feu, originaire de l’Essonne, était convoqué devant le tribunal correctionnel de Poitiers pour des faits de violences avec armes et menaces de mort.

La présidente a prononcé à son encontre la peine requise de six mois d’emprisonnement, assortis d’un simple sursis.

En plus de la confiscation de toutes les armes possédées (au nombre de deux), de l‘interdiction de posséder une arme pour une durée de trois ans et de l’obligation de verser un euro symbolique à la victime en guise de réparation du préjudice moral.

Barre-toi ou je vais te tuer

Ce dimanche 26 juin, le prévenu avait commencé à menacer son voisin en lui jetant des cailloux par-dessus le mur qui sépare les deux propriétés.

Avant de retourner chez lui pour récupérer une carabine et invectiver la victime en pointant l’arme : « Barre-toi ou je vais te tuer. »

Entendant le bruit du tir contre le mur, à dix mètres de lui, la victime était partie se réfugier dans son domicile, avant d’appeler la gendarmerie. Sans pour autant porter plainte à la suite des faits.

Pas d’interdiction de contact entre les voisins

« Vous vous rendez compte, c’est une scène d’une rare violence », commente ce mardi 20 septembre, le ministère public.

« Jamais je n’aurais dû prendre cette arme pour faire cette bêtise », répond le prévenu, déjà connu de la justice pour avoir conduit, en 2010, sous l’emprise de stupéfiants. Mais dont les tests effectués n’ont décelé aucune trace d’alcool ou de stupéfiants, le matin de l’interpellation.

Le jugement ne stipule pas d’interdiction de contact entre les deux voisins, considérée trop difficile à appliquer.

A LIRE AUSSI. Vienne : coups de couteau mortels dans le bourg de Saint-Germain

Lien source : La Roche-Rigault : le "forcené" condamné à six mois de sursis pour violences avec arme