Poitiers : rescapée d’Auschwitz, elle s’adresse aux lycéens

Ginette Kolinka, rescapée d’Auschwitz, a rencontré des lycéens de Victor-Hugo, leur confiant la mission d’être « des passeurs de mémoire ».

Ginette Kolinka, rescapée d’Auschwitz, est venue raconter aux élèves de spécialisation HLP (humanités, littérature et philosophie) du lycée Victor-Hugo ce qu’elle a vécu pendant la Seconde Guerre mondiale. Un témoignage terrible, poignant, mais nécessaire. « Vous êtes devenus des passeurs de mémoire. On compte sur vous. »

« Dans les camps, il valait mieux ne pas penser »
Elle explique combien elle était naïve et comment elle n’a pas cru au pire, jusqu’à ce 13 mars 1944 où elle fut arrêtée à Avignon, avec son père, son petit frère et son neveu. Après un passage à la prison des Baumettes puis au camp de Drancy, elle se retrouve déportée au camp d’Auschwitz-Birkenau, dans des conditions effroyables. « Je croyais qu’on allait travailler dans des usines ou des champs, pourquoi aurais-je eu peur ? Mon père m’écoutait, jamais il ne m’a dit : “ Ginette, arrête de rêver ”. »

La réalité est tout autre. À 19 ans, elle se retrouve rasée, tatouée, habillée de haillons, forcée de déplacer sans fin des montagnes de pierres et logée dans des baraques sordides et surpeuplées. « On vous enlève tout degré d’humanité. » Elle comprend rapidement que son père, son frère et son neveu ont été gazés et brûlés dès leur arrivée. « À ce moment-là, je suis assommée, je ne réalise plus. »

Comment a-t-elle pu tenir ? « Dans la vie, il ne faut pas toujours chercher le pourquoi des choses. Dans les camps, il ne valait mieux pas penser. » Elle échange avec les élèves, avec précision et fermeté. Même si quelques trous de mémoire viennent l’embêter, elle impressionne par son caractère, son dynamisme et son sens de l’humour. Les élèves, tout petits en face, sont à l’écoute.

Organisée par Cédric Germain, professeur de lettres au lycée Victor-Hugo, cette visite s’inscrit dans le cadre d’un travail sur le thème Histoire et violence, au programme du baccalauréat. Un voyage en Pologne est prévu début avril avec 51 élèves de première et terminale.

Ginette est rapatriée à Paris le 6 juin 1945, épuisée et méconnaissable, après un passage par les camps de Bergen-Belsen et de Theresienstadt. Par chance, elle retrouvera sa mère et quatre de ses cinq sœurs.

> Biographie : « Retour à Birkenau », de Ginette Kolinka, avec Marion Ruggieri.

Lien source : Poitiers : rescapée d'Auschwitz, elle s'adresse aux lycéens