Pont Peyramale à Lourdes : un projet symbolique et moderne dévoilé

Lors du conseil municipal de ce jeudi soir, le maire de Lourdes, Thierry Lavit, a dévoilé le maître d’œuvre choisi pour le pont Peyramale et a développé l’idée d’un projet qui se veut être un symbole.

C’est le symbole d’une ville en mouvement, prête à se saisir de son avenir, qu’a dévoilé le maire, Thierry Lavit, lors de la présentation du projet du pont Peyramale, ce jeudi soir, en conseil municipal. Symbole de valeurs, de lien entre le cultuel et la fraternité républicaine, symbole d’une liaison renouvelée entre la ville haute et le sanctuaire, mais aussi symbole d’une griffe moderne, d’une ville qui avance autour d’un « geste architectural » marqué.
Le maire a annoncé le nom du maître d’œuvre, choisi car répondant « au plus près » de la commande de la ville. Il s’agit du groupement Ingerop conseil et ingénierie, en charge de réaménager les abords de la cathédrale Notre-Dame de Paris, SCPA Michel Defol et Patrick Mousseigne, Greisch Ingénierie, en charge du pont Yavuz Sultan Selim, troisième pont sur le Bosphore, Eurl Quartiers lumières, spécialisée dans la conception lumières, et GEOS Ingénieurs Conseils.

Un budget de 5 millions d’euros

Le budget est de 5 millions d’euros, financé par l’ensemble des parties prenantes du Plan Avenir Lourdes : ville, département, région, Etat. La livraison est espérée au plus tôt fin 2024, les aléas d’un tel chantier pouvant être nombreux, entre une météo défavorable ou les pénuries qui touchent actuellement le monde de la construction.
Le maire avait fixé plusieurs prérequis pour répondre à l’appel d’offres. Tout d’abord, un pont pouvant satisfaire l’important flux de bus et voitures qui y circulent, en double sens. Laurent Jubier, directeur de cabinet, insiste : « Le pont est un outil économique majeur, puisqu’il facilite l’accès aux hôtels. »

Espace de vie

Mais ce pont fera également la part belle aux mobilités douces, avec une voie dédiée aux vélos. Mais sera aussi « un espace où les gens pourront se poser, contempler le château, les montagnes », poursuit le directeur de cabinet. Il ajoute : « Cela sera un endroit symbolique qui marque l’entrée dans la zone du sanctuaire, un symbole entre le cultuel et le reste de la ville, avec un message fraternel. » D’où l’idée également de le lier au pape François, que Thierry Lavit a rencontré.
C’est un projet plus global qui s’amorce avec la construction de ce pont. Laurent Jubier ajoute : « Dans un second temps, il sera aussi un outil de revalorisation des berges du Gave, un projet qui sera mené lors d’un autre mandat. L’idée serait de créer un parcours piéton et paysager. »

Un pont vers la modernité

Le nouveau pont Peyramale marquera aussi la modernité dans laquelle s’engage la ville, avec « une signature architecturale forte », qui a vocation à accompagner l’ensemble des projets structurants du Plan Avenir Lourdes. L’auditorium sera aussi un élément architectural marquant.
Le pont Peyramale avait été endommagé lors de plusieurs crues, notamment en 2013. À ce jour, il est toujours à une seule voie, avec un sens prioritaire de circulation. Ce double sens n’a été remis en place qu’en mai 2022. Il avait été totalement fermé par un arrêté municipal en raison de son endommagement et de l’arrêt du contrat de renforcement avec Eiffage, début 2020.

Lien source : Pont Peyramale à Lourdes : un projet symbolique et moderne dévoilé