Quelques informations de base sur la défense russe dans l’Opération militaire spéciale

Hier, j’ai posté un court SITREP sur l’offensive ukrainienne sur Balakleia. Et, bien sûr, il y a déjà 72 commentaires à ce sujet ! Beaucoup d’entre eux montrent une incompréhension totale de la nature de l’OMS [Opération Militaire Spéciale] (c’était une erreur de ma part de poster une carte que, de toute évidence, la plupart des gens ne peuvent pas comprendre ! Donc tout ce que je me propose de faire aujourd’hui est d’expliquer quelque chose de vraiment basique sur le concept de défense (en réalité, les opérations défensives sont beaucoup plus complexes !)

Tout d’abord, voici comment Hollywood et les médias grand public présentent la défense : vous vous tenez debout et vous vous battez, et si l’ennemi envahit votre position défensive, vous avez perdu.

La réalité ne pourrait pas être plus éloignée de cette notion idiote.

Tout d’abord, les États-Unis n’ont jamais mené de véritable guerre, et encore moins une guerre défensive. Quant aux Européens, ils sont habitués au type de terrain que l’on trouve en Europe centrale, c’est-à-dire un terrain avec de nombreuses caractéristiques géographiques et topologiques qui favorisent une défense statique creusée. Par exemple, j’ai fait ma formation de base dans une unité de guerre électronique qui était principalement déployée dans les montagnes suisses et je peux vous dire qu’une seule compagnie d’infanterie de montagne (dans certains cas extrêmes, même un peloton bien préparé !) peut verrouiller entièrement une vallée étroite ou un col contre un bataillon mécanisé/armé entier (surtout si cette infanterie de montagne est soutenue par une artillerie à longue portée bien dissimulée – les montagnes sont idéales pour cela – et puissante !).

Une grande partie de l’Europe est ce qu’on appelle un « terrain mixte », c’est-à-dire un mélange de champs, de forêts, de petites villes et de villages, de nombreuses rivières (souvent avec des berges abruptes et des courants rapides), de villes régionales plus grandes et plus fortes, etc. etc. etc. Sur ce type de terrain, vous êtes naturellement enclin à tirer le meilleur parti de ces caractéristiques et à conserver de bonnes positions défensives. En fait, sur ce type de terrain, il est souvent impossible de déployer une brigade ou une division mécanisée/chars complète (elles sont trop grandes !) et vous êtes simplement obligé de mener des batailles d’infanterie avec des sous-unités plus petites.

L’Ukraine est totalement différente. L’est de l’Ukraine, le Donbass, compte beaucoup de petites villes, et c’est pourquoi les Ukrainiens se sont retranchés et ont tenu des villes comme Avdeevka. Cependant, une fois que vous avez quitté cette ligne de villes et de villages plus densément peuplés, vous avez principalement une steppe ouverte avec quelques rivières et des forêts éparses, dont beaucoup sont assez petites. C’est pourquoi seules de petites unités ukronazies peuvent se cacher dans ces petites forêts, leurs unités plus importantes se cachant principalement à l’intérieur des villes, utilisant essentiellement les civils locaux comme « boucliers humains » et, puisque ces nazis détestent de toute façon les « séparatistes » locaux – ils ne se font aucune illusion sur les sympathies réelles de la plupart des Ukrainiens du sud et de l’est – ils ne se soucient pas du tout que des dizaines de civils meurent dans les frappes russes ! En fait, dans une vidéo récente, Gonzalo Lira, qui se trouve actuellement à Kharkov, a déclaré que puisque la plupart des habitants anti-russes ne se font aucune illusion sur l’issue inévitable, ils ont quitté Kharkov depuis longtemps, d’où la « chasse » du SBU aux « séparatistes » et autres « porcs » et « biomatériaux » parmi la population restante. Une raison de plus pour les Russes de faire tout ce qui est humainement possible pour éviter les pertes civiles !

Ainsi, dans le cas de la guerre en Ukraine, je pense qu’il est utile de la considérer comme « une version terrestre d’une bataille navale » qui ne se concentre pas sur le contrôle de telle ou telle vague, mais sur la destruction des forces ennemies sans se faire détruire soi-même.

L’élément suivant que je dois évoquer est la concentration des forces. La guerre en Ukraine ressemble davantage au football, où les attaquants et les défenseurs s’affrontent sur tout le terrain, qu’au football américain, où la ligne de mêlée est clairement définie et où il s’agit de « conquérir » davantage de terrain ou de progresser vers l’avant. Cela signifie qu’il y a toujours des « zones grises » temporairement inoccupées (considérez-les comme des parties du terrain de football qui sont vides mais qui pourraient rapidement devenir une « zone de combat » si une passe y est faite et que deux joueurs se disputent le contrôle du ballon).

Ces deux faits suggèrent très fortement qu’une défense mobile est la meilleure solution sur un tel terrain. Ce sont des généralisations, bien sûr, mais elles s’appliquent dans l’ensemble.

Ensuite, lorsque vous disposez de suffisamment d’effectifs, vous organisez normalement votre défense en deux, plus rarement trois, échelons défensifs. Ainsi, si l’ennemi perce la première ligne, il est confronté à une deuxième ligne de défense et ses flancs sont potentiellement exposés à un enveloppement de tous les côtés. Et pour être sûr que vos défenses tiennent, il est recommandé d’avoir une force de réserve derrière la 2e ligne de défense prête à « boucher » tout « trou » et/ou à être utilisée dans une contre-attaque (et si les choses se passent bien, cette force de réserve peut être utilisée comme groupe de manœuvre pour contre-attaquer). À quelques exceptions près, ce n’est pas le cas en Ukraine, et surtout pas pour les forces russes qui ont un désavantage numérique d’environ 1:3. Ce chiffre de 1:3 est trompeur, car il ne tient pas compte du type de rapports de force qui peut être obtenu localement.

Inversement, les Russes ont un avantage en matière de 1) puissance de feu 2) maniabilité (ils peuvent se déplacer sous la protection de la puissance aérienne et de l’artillerie russes, ce que les Ukrainiens ne peuvent pas faire) 3) logistique 4) portée (les Russes peuvent frapper même dans l’extrême ouest de l’Ukraine 5) C3ISR 6) moral et 7) entraînement.

Il existe une autre règle empirique qui ne doit pas être considérée comme un dogme, mais qu’il est utile de garder à l’esprit : une attaque réussie nécessite souvent un avantage de 3:1 pour le côté attaquant. Ce rapport peut aller jusqu’à 6:1 et même plus dans les villes fortement construites. Puisque les Russes ont déjà un désavantage global de 1:3 en effectifs, il est tout à fait possible que dans des segments spécifiques du front, ce désavantage puisse localement culminer à des ratios encore plus mauvais, un argument de plus pour que les Russes commencent par réduire les forces ukronazies, si nécessaire en concédant du terrain, avant d’engager toute contre-attaque/contre-offensive. Et voici pourquoi.

Tous ces avantages russes dictent une stratégie défensive souple et mobile pour contrer les attaques ukrainiennes.

En d’autres termes, il serait absolument insensé pour les Russes d’essayer de maintenir à tout prix une ligne défensive statique, juste pour empêcher les Ukronazis de revendiquer une nouvelle « immense victoire« . Donc, en gardant cela à l’esprit, revoyons les « contre-offensives » ukrainiennes.

Lire l’article entier sur lesakerfrancophone.fr

Lien source : Quelques informations de base sur la défense russe dans l'Opération militaire spéciale