Rugby Nationale. Un Stado convaincant à Trélut et prometteur…

Pour leur premier duel à Maurice-Trélut, les Tarbais se sont montrés convaincants en maîtrisant de bout en bout Cognac grâce, notamment, à trois essais venus concrétiser leur domination. Ils gagnent 35 à19 face à Cognac.

Si l’on peut regretter la cerise que les Charentais ont enlevée de la bouche des Tarbais dans les ultimes minutes, il faut avouer que le gâteau tarbais s’est montré copieusement garni de, notamment, 3 essais, servi par un ensemble homogène et cohérent sur toutes les lignes même après le turn-over, ce qui a permis à Anthony Fuertes, déjà en vue en Savoie (12 points), de meubler le score avec la bagatelle de 20 points sans avoir omis de bien distribuer le jeu.

Un Stado mobile et puissant

Mais pour cela, c’est d’entrée que le Stado se montrait conquérant pour avancer sous l’impulsion de Saint-Guilhem qui mettait Cognac en position de hors-jeu et permettait à Fuertes d’ajuster sa mire (5e).
Si Maninoa se rappelait aux bons souvenirs de Maurice-Trélut en mettant ses anciens équipiers à la faute, ces derniers enlevaient la première mêlée et c’est Filomeno le phénomène qui sonnait la charge en allant défier Zakashvili. Prenant l’ascendant devant, essayant de faire circuler le ballon sans temps mort, Tarbes prenait Cognac de vitesse pour se donner de l’air (9-0, 23e).
Dominateurs devant, saluons ici le rôle moteur de la 3e ligne St-Guilhem, Massyn, Ricart au four et moulin, les Tarbais péchaient par excès de précipitation sans pouvoir concrétiser sur la ligne cognacaise (33e) et laissaient les visiteurs au contact grâce à deux pénalités d’Antunes (9-6).
Mais sur un ballon récupéré par Vakacegu, les avants embrayaient et avec Mondon en bon capitaine, relayé par Filomeno puis Sajous, ils remettaient les Charentais sur le reculoir et Fuertes enfilait la 4e perle à son collier de pénalités (12-6, 40e).

La bonne complicité entre Lhusero et Trotta

Piqué au vif Cognac revenait sur le terrain avec de nouvelles ambitions mais se cassait les reins sur la défense tarbaise qui récupérait le ballon par Vakacegu à la relance.
Profitant du désordre, Lhusero adressait une passe au pied parfaite en direction de l’aile que Trotta, l’arrière à la lecture du jeu impeccable, convertissait en essai en coin (17-6, 42e).
Si Fuertes échouait à transformer, il remettait la pression sur Cognac et obtenait ainsi 3 nouveaux points (20-9, 47e) qui laissaient Tarbes dans l’avancée, à peine dérangé par une pénalité passée par Antunes (20-12, 54e).

Beau jeu et avants récompensés

Maîtrisant leur sujet, Mondon et ses équipiers reprenaient à leur compte la possession que Filomeno, Palisse et Seuvou tentaient de bonifier. Mais empêchés sur une énième position de hors jeu, Fuertes leur rendait justice à l’heure de jeu (23-12, 60e).
Proches du point de rupture Manu et les siens lâchaient prise sur un nouveau coup finement joué. Car si Coustalat à la bonne débauche d’énergie se montrait trop gourmand en oubliant Berbizier à gauche, Fuertes d’une passe sautée permettait à Trotta d’inscrire le doublé en coin, transformé (30-12, 64e).
La messe était dite mais le Stado poussait pour le bonus offensif et se voyait récompensé sur un ballon porté qui propulsait Lamothe à dame (35-12, 70e).
Le Stado tenait son bonus et si Cognac venait chatouiller Tarbes sur sa ligne, la défense répondait au défi physique en étouffant les velléités.
Le gâteau tarbais prenait l’allure d’une belle pièce montée mais sur la sirène, sans doute un peu émoussés et moins concentrés, un petit coup de pied permettait au centre Lotawa oublié à l’aile de sauver l’honneur (35-17, 81e). en privant Tarbes d’un point supplémentaire qui aurait été amplement mérité.
Il n’a manqué que la cerise, on vous l’a dit.
 

Lien source : Rugby Nationale. Un Stado convaincant à Trélut et prometteur…