Tarbes : à Solazur, 90 familles sont restées sans eau ni électricité suite au début d’incendie

Le début d’incendie, jeudi matin, dans une gaine technique a entraîné la coupure de l’eau et de l’électricité dans la tour n° 2 de la cité tarbaise.La solidarité s’est organisée.

Petites causes, grands effets…C’est une fuite d’eau qui a provoqué un court-circuit dans une gaine technique.Par mesure de sécurité, l’OPH et Enedis ont alors pris la décision de couper l’alimentation électrique, le temps de colmater la fuite d’eau.Le problème est que si la fuite a été isolée, beaucoup d’eau avait eu le temps de rendre le réseau électrique indisponible.« Nous avons immédiatement mobilisé des entreprises spécialisées afin d’assécher la gaine, au moyen de gros ventilateurs », expliquait Jean-Pierre Lafon-Cassiat, le directeur de l’OPH 65, au cours de la réunion de quartier qui s’est tenue, hasard du calendrier, jeudi soir. Depuis jeudi matin, l’alimentation électrique de la tour n° 2 a donc été coupée.Pas simple pour les 90 familles qui occupent les 18 étages de la tour, privés d’électricité.Pis, dans cette tour se trouvent aussi les « surpresseurs » qui permettent d’alimenter en eau les étages supérieurs des trois tours de la cité.Résultat, plus d’eau courante à partir du 7e étage…

L’OPH 65 mobilisée

L’OPH n’a pas seulement réagi pour faire réparer les dégâts au plus vite, l’organisme a largement mobilisé ses agents.« Nous avons été voir un a à un tous les locataires de la tour, pour les informer et surtout savoir ce dont ils avaient, le cas échéant, besoin », poursuit le directeur de l’OPH. « Notre permanence, au pied de la tour, a également été largement ouverte.Dès jeudi soir, nous avons pu remettre l’alimentation électrique pour les parties communes, et un ascenseur, sur le deux, en service, et proposé des bouteilles d’eau aux habitants. »
Vendredi matin, les habitants de la cité prennent la chose avec une certaine philosophie. « On est allé acheter des bougies et des lampes de poche », confie un monsieur un peu âgé qui, d’un geste de la main, indique qu’il en a vu d’autres.Certains ont trouvé refuge chez des voisins… « Nous indiquons aux familles la procédure à suivre auprès de leurs assurances en cas de dégâts sur l’informatique ou de perte de nourriture dans les réfrigérateurs et les congélateurs. Certains, qui étaient couverts par leur assurance, ont préféré passer la nuit à l’hôtel. »

Une grande solidarité

Devant le local de l’EPIC (Espace Public des Initiatives Citoyennes), une structure du Département, animée par Sadek, Sonia et Audrey, on proposait cafés, petits gâteaux et un soutien moral.« Beaucoup sont venus faire chauffer des biberons ou des repas, recharger leurs portables… » Cécile, une mère de famille souligne l’extraordinaire solidarité entre les habitants.

Et pendant ce temps, les travaux se sont poursuivis. « En fin d’après-midi, l’eau était rétablie partout.En revanche, pour l’électricité, c’est plus compliqué.A l’heure où je vous parle, vendredi soir, c’est rétabli du 9e au 18e étage, mais pour les étages inférieurs, ça disjoncte.Les techniciens d’Enedis nous ont assuré qu’ils resteraient jusqu’à ce que ça marche. » Philippe Berardo, le patron d’Enedis, a le même discours : « Nos équipes sont à pied d’œuvre, nous avons encore des incidents, qui sont en cours de résolution sur certains étages inférieurs.Ils seront résolus demain matin. »
 

Lien source : Tarbes : à Solazur, 90 familles sont restées sans eau ni électricité suite au début d'incendie