Trophées du rugby amateur 2022 en Hautes-Pyrénées : votez pour le meilleur joueur de 3e/4e série

Vous avez rendez-vous, jusqu’au 13 novembre, pour voter en ligne sur le site internet de La Dépêche du Midi afin d’élire les meilleurs joueurs et joueuses du rugby amateur haut-pyrénéens. Elles et ils seront récompensés lors d’une cérémonie organisée le 24 novembre prochain. Place aux joueurs de 3e/4e série

Axel Fourcade, de l’île de la Réunion au Mardaing

Axel Fourcade du Mardaing
Axel Fourcade du Mardaing
A. F.

Non, Axel n’est pas le fils d’Eric Fourcade l’entraîneur du Mardaing. Il est vrai qu’avec tous ces Fourcade, il y a de quoi se perdre !

À l’âge de 13 ans, bien loin de notre métropole, à Saint-Pierre sur l’île de la Réunion, Axel choisit de s’essayer dans un sport collectif, après la pratique du tennis dans des compétitions de bon niveau.

Le choix du rugby se fait tout naturellement car le papa et le tonton ont déjà pratiqué.

Au gré des mutations professionnelles de ses parents, étant de retour dans les Hautes-Pyrénées, Axel intègre les équipes cadets et juniors des « maynats de l’ovalie » au poste de 3/4 centre ou ailier. Passé senior, les contraintes de la fédérale 3 à Juillan ne sont plus compatibles avec le programme chargé de ses études, ce qui le pousse à muter pour l’USMAO, club où il dit avoir trouvé une excellente ambiance.

Passionné par tous les sports, premier supporter du Stade Toulousain, il aime bien faire la fête avec les copains, ceux du Mardaing en particulier, ce qui ne l’empêche pas d’assumer sérieusement la préparation d’un Master à Bordeaux, l’objectif étant de devenir professeur des écoles.

Sur le terrain, ses appuis et ses crochets en font un redoutable adversaire, les derniers matchs l’ont clairement démontré.

Pour Axel, les victoires de ce début de saison sont de bon augure pour espérer jouer avec l’USMAO les phases finales tant espérées.

Virgile Martinez (Laloubère) : bon sang ne saurait mentir

Virgil Martinez de Laloubère.
Virgil Martinez de Laloubère.
DDM

Quand vous habitez dans l’un des villages du plateau de Ger, sans vouloir faire offense à tous les bénévoles qui s’impliquent dans d’autres associations sportives, il est très tentant de prendre sa licence à l’USEP, le club phare qui dispense le rugby à toutes les catégories de jeunes du coin.

Ainsi dès l’âge de 8 ans, Virgile choisit le rugby, pas du tout freiné par le père et le grand-père qui ont foulé en leur temps les terrains de Jules Soulé et de Maurice Trélut, puisque licenciés au Stado. Plus tard, c’est un club centenaire au passé glorieux que Virgile a choisi : l’UA Laloubère.

Du haut de ses 19 ans, il évolue au poste de ¾ centre ou ailier et regrette de ne pas avoir pu participer aux premiers matchs de septembre, suspendu pour un geste d’énervement anodin en fin de saison passée.

Bien que confrontée à un début de saison difficile, son équipe garde le moral et se sent en capacité de redresser la barre.

Quand on lui demande quelle est son équipe favorite, c’est sans hésitation ni grande surprise qu’il cite le Stade Toulousain tandis que moins commun, son joueur préféré, c’est le demi de mêlée de l’Afrique du Sud, François De Klerk. À l’heure où d’autres jeunes de son âge poursuivent de hautes études, lui est déjà engagé dans le monde du travail, chaudronnier aéro chez Ségneré, l’entreprise bigourdane de mécanique de précision.

En dehors du rugby, Virgile aime bien le foot qu’il pratique entre copains et la pêche en montagne, car fervent amoureux de la nature et de tous ses attraits

Charles Hautbois (Bazet Andrest), heureux d’évoluer au sein de l’EBA

Charles Hautbois (au centre) de l'entente Bazet-Andrest.
Charles Hautbois (au centre) de l’entente Bazet-Andrest.
DDM

Ce jeune joueur que nous avons rencontré sur la pelouse du stade de Bazet s’est livré à nous en se présentant de façon franche, sincère et sympathique.

Âgé de 19 ans, il est né à Rennes, donc Breton d’origine d’une région où le ballon rond est roi. À son retour en France après un séjour de 5 ans en Tunisie, il est venu vivre en banlieue de Tarbes et a cassé les pieds à ses parents pour jouer au rugby. Il a gagné, de 5 à 16 ans a été formé à l’école de rugby de l’Entente Adour Echez ; de 16 à 17 ans au Stado T.P.R, puis de 17 à 18 ans juniors à l’OBRC et actuellement à Bazet.

« Depuis deux ans j’avais envie d’avoir plus de responsabilités tout en jouant à un niveau inférieur être en série c’est valorisant car on a plus de temps de jeu. J’ai fait cela aussi pour rebondir après le Covid. Je voulais être dans un club où règne une bonne entente et où chacun apporte sa pierre à l’édifice pour que le club progresse », explique le jeune homme.

Le rugby de village, celui du terroir, lui a donné un nouvel élan et lui permet de concilier sa passion avec ses études supérieures à Tarbes, à l’E.N.I.

« Ma qualification pour ces trophées me gêne un peu et je suis surpris n’ayant rien demandé. Je suis content pour mes formateurs et ému. Je ne pense pas avoir le gros melon, je veux rester modeste. Cela va me motiver encore plus pour progresser ici où je m’entends très bien avec tout le monde du staff, en passant par les dirigeants ou bénévoles et bien sûr mes coéquipiers qui me font confiance et m’estiment. »

Jean-Baptiste Péré (Ayguette), l’engagement exemplaire

Jean-Baptiste Péré de l'US Ayguette
Jean-Baptiste Péré de l’US Ayguette
DDM

Âgé de 24 ans, Jean-Baptiste Péré est un des éléments fédérateurs du club d’ESparros.

Arrivé à l’U.S Ayguette, à peine âgé de 17 ans, il rejoint Yves, son père, un joueur fidèle de l’ US Ayguette qui a pris les commandes du sportif en tant qu’entraîneur durant deux saisons.

Formé à Tournay-Sports, Jean Baptiste, dans le sillage de son père, découvre « le rugby des champs » à l’ US Ayguette qui connaît durant cette période des difficultés. Aussi, à l’instar de ses coéquipiers du moment, il s’investit pour la survie du club.

Sur le terrain, comme en dehors, il privilégie le relationnel et le mental, avec toujours pour objectif de tirer le club vers le haut et surtout de ne jamais abdiquer.

Ses qualités rugbystiques, sa convivialité et son optimisme, à l’image de ses coéquipiers, ont récemment permis à l’U.S Ayguette de perdurer et d’obtenir des résultats flatteurs avec une finale du terroir suivie du quart de finale d’Occitanie et d’une qualification en championnat de France.

Ces dernières années il est devenu l’élément moteur de l’équipe.

Au centre ou à l’ouverture son talent, son engagement tant sur le terrain qu’en dehors sont exemplaires.

En ce début de saison, des problèmes de santé le privent de compétition mais sa présence sur le banc des entraîneurs et son mental sont toujours aussi fédérateurs et c’est avec impatience que ses copains et tout le club attendent son retour dans la compétition, sur les rives de l’Ayguette.

Lien source : Trophées du rugby amateur 2022 en Hautes-Pyrénées : votez pour le meilleur joueur de 3e/4e série