Trophées du rugby amateur 2022 en Hautes-Pyrénées : votez pour les meilleurs entraîneurs

Vous avez rendez-vous, jusqu’au 13 novembre, pour voter en ligne sur le site internet de La Dépêche du Midi afin d’élire les meilleurs joueurs et joueuses du rugby amateur haut-pyrénéens. Elles et ils seront récompensés lors d’une cérémonie organisée le 24 novembre prochain. Place aux entraîneurs.

Gwenaël Faulong – Loïc Encausse (Pouyastruc), entraîneurs entraînants

Gwanaël Faulong (à gauche) et Loïc Encausse le duo de Pouyastruc.
Gwanaël Faulong (à gauche) et Loïc Encausse le duo de Pouyastruc.
DDM

De graves blessures physiques ont stoppé net le parcours sportif des deux coachs de l’USC Pouyastruc, respectivement à 20 ans et 24 ans.
Des fatalités, marqueurs d’une passion qui ne s’est pas arrêtée pour autant. « Nous avons intégré l’encadrement par la force des choses pour transmettre aux générations suivantes » concède Gwenaël Faulong.

Un passage que Loïc Encausse corrobore en profondeur : « Il y a le diplôme qui nous induit mais l’important c’est de bien connaître son groupe au stade mais aussi en dehors. Un entraîneur doit bien se sentir parmi ses joueurs. Mais il faut savoir garder une certaine distance avec eux, c’est du respect mutuel que l’on gagne en maîtrisant notre sujet et ce que l’on avance. La troisième mi-temps appartient aux joueurs. Un entraîneur doit échanger, partager et être à l’écoute parfois individuellement au vestiaire. Il faut répondre aux questions mais aussi savoir les anticiper pour amener le groupe où on veut aller. On a coutume de dire qu’un bon entraîneur doit être entraînant ».

Une approche de ce statut qui ne fonctionne pas trop mal depuis plusieurs saisons et les résultats probants qui vont de pair. Gwenaël Faulong y revient : « C’est la quatrième saison que nous travaillons sur un projet de jeu qui n’a pas beaucoup changé dans sa philosophie. Nous sommes en ce début de saison dans la dynamique des phases finales de la fin de 2021-2022. Un aboutissement dans lequel nous tenons à associer Sébastien Madrigal qui était avec nous sur le banc. Si notre nomination est consécutive à la bonne saison dernière, il a été oublié, il doit y être associé. Nous n’avons pas trop perdu mais on constate encore du retard dans le domaine de la conquête, secteur plombé par plusieurs blessures. Le maintient est notre objectif premier. Plus tôt nous l’aurons en poche, mieux se déroulera la suite. Nous ne voulons pas attendre d’accrocher cette 8e place quand nous irons rendre visite à Juillan lors du dernier match de la saison régulière ».

Romo-Lerbey (OBRC), Greg et Babou pour une nouvelle ère

Norbert Romo et Grégory Lerbey, tandem complémentaire de l’OBRC.
Norbert Romo et Grégory Lerbey, tandem complémentaire de l’OBRC.
DDM

Grégory Lerbey, ancien préparateur physique du CAL (2010 à 2016) et ex-joueur de Pro D2 au Stado, entame sa 3e saison en charge des lignes arrières de l’OBRC. Il avoue d’emblée : « J’ai commencé le rugby en mini-poussins à Bordères, aussi j’ai été ravi d’avoir été sollicité pour entraîner ce club, qui plus est en Fédérale 3, après avoir coaché les équipes de Vic-Bigorre, Séméac et Rabastens ».

Norbert Romo, qui a fait ses premières armes sur le banc des Reichel B de l’Entente Adour-Echez, puis à Vic-Bigorre (déjà aux côtés de Grégory Lerbey), au SOMR et à Boulogne avant de rejoindre enfin l’OBRC l’an dernier, explique son choix : « plusieurs facteurs ont pesé dans ma décision, la dynamique du club, l’effectif, le staff que je m’apprêtais à rejoindre et aussi le fait de retrouver la Fédérale, connu lors de mon passage à Vic ».
Ce tandem complémentaire a hissé le club vers une nouvelle dimension : Greg Lerbey en atteste : « Nous avons vécu une saison extraordinaire avec cette montée historique en Fédérale 2 et le quart-de-finale en championnat de France. C’est à souligner de par le fonctionnement du club, ses moyens modestes et l’investissement de tous les joueurs y compris des espoirs et des dirigeants. C’est une fierté d’avoir fait grandir l’OBRC ».

Et Norbert Romo de rajouter : « nous disposions et disposons toujours d’un groupe de joueurs doté d’un réel potentiel rugbystique mais aussi de valeurs humaines. Ce parcours n’est que le fruit de l’investissement de tous les joueurs pour lesquels on a demandé beaucoup ».

Pour l’heure, « Greg » et « Babou » font l’apprentissage de la Fédérale 2 avec « humilité, une volonté de maintenir rapidement le club à ce niveau et l’idée de porter fièrement les couleurs de l’OBRC ».

Brice Bazerque et Baptiste Laporte, le duo qui fait du bien à Tournay Sports

À droite, Brice, un entraîneur respecté, qui prend plaisir et qui s’investit dans son rôle de coach et à gauche Titou Laporte joueur qui s’occupe des moins de 10 ans de TournayS.
À droite, Brice, un entraîneur respecté, qui prend plaisir et qui s’investit dans son rôle de coach et à gauche Titou Laporte joueur qui s’occupe des moins de 10 ans de TournayS.
DDM

Brice Bazerque et Baptiste Laporte forment un duo d’entraîneurs qui œuvrent pour le bien de Tournay Sports.
Brice Bazerque entraîneur des avants de l’équipe première depuis 4 ans, à 40 ans ce préparateur en pharmacie a un riche vécu rugbystique. En tant que joueur il a enchaîné à Lannemezan, à Montréjeau, à Tournay, à Trie-sur-Baïse pour revenir à Tournay Sports comme entraîneur.

Il note que c’est le berceau de sa famille, précisant : « Mon grand-père est fervent supporteur ici, mon père mes frères, mes oncles et cousins ont porté les couleurs de Tournay, ainsi que mon cousin arbitre Aurélien Bru ».
Bien qu’habitant Trie, il vient au Rensou trois par semaine pour « rendre ce que ce club m’a donné, pour la vie du rugby de terrain et de terroir ».

Bien sûr, l’entraîneur a aussi la motivation d’y apporter son expérience de joueur et d’y pérenniser, selon lui, « le bel état d’esprit du club pour que les générations à venir s’y engagent et considère que le plus important c’est l’humain, chose qui nous a manqué pendant la pandémie du Covid ».

Baptiste Laporte joueur en sénior 1 et entraîneur à l’école de rugby en moins de 10 ans : « J’ai fait mes classes ici à l’école de rugby, ensuite pour me former j’ai joué à Bagnères en Belscains et Espoirs. Je suis revenu la saison dernière pour jouer en Une et être éducateur à l’école de rugby. Je veux que mon engagement serve à faire vivre les petits clubs qui sont le vivier du rugby. Je suis heureux de jouer avec des copains sur la terre de mes ancêtres où le rugby est sport familial. Je suis revenu aussi ici pour mettre mon âme et ma volonté pour faire progresser et remonter le rugby. Je donne le meilleur de moi-même et mon engagement est sans faille même si je râle parfois. »

Lien source : Trophées du rugby amateur 2022 en Hautes-Pyrénées : votez pour les meilleurs entraîneurs