Hautes-Pyrénées : Il frappe sa sœur enceinte et sa compagne… enceinte, devant sa fille

Un seul prévenu pour deux dossiers de même nature avec la violence pour dénominateur commun. L’homme à la barre doit répondre de violences sur sa propre sœur, sous curatelle, enceinte au moment des faits. Quelques semaines plus tard, il continue les violences, cette fois-ci sur sa compagne, alors que cette dernière était enceinte elle aussi, sous les yeux de sa propre fille âgée d’à peine un an.

Âgé de 27 ans, A.T. a bien du mal à reconnaître les faits qui lui sont reprochés, d’abord sur le premier dossier qui concerne sa propre sœur comme le rappelle la présidente du tribunal : “Vous étiez hébergé chez elle avec votre conjointe et votre fille. Votre sœur a envoyé un message à son compagnon dans lequel elle disait que vous étiez de mauvais parents, sauf que le message s’est retrouvé par erreur sur le téléphone de votre compagne. Elle dit que vous lui avez donné des coups sur le ventre”. Lors de son interrogatoire, l’homme a nié en bloc disant que sa sœur était une affabulatrice et qu’elle s’était elle-même blessée volontairement. Une version qu’il maintient devant le tribunal : “On s’est pris la tête avec ma sœur, je n’ai jamais levé la main sur elle. Verbalement, j’ai été méchant mais en aucun cas je ne l’ai frappée. Elle veut peut-être récupérer de l’argent”. La principale intéressée, présente a réitéré ses accusations : “Il m’a vraiment frappée. Suite au message, ma belle-sœur m’a parlé normalement mais lui, il m’a tapée, je ne me suis jamais porté des coups à moi-même”.

Une assiette de riz au visage

La seconde affaire dans laquelle le prévenu est impliqué, concerne son comportement avec sa propre compagne : “C’est une dispute qui a débuté à cause d’un plat dans le micro-ondes. Vous lui avez lancé le plat au visage et vous lui avez jeté des objets. Vous l’avez aussi insultée et pendant que vous aviez votre fille dans les bras, vous avez frappé sa mère, alors qu’elle était enceinte, à coups de poing dans le ventre en lui disant que vous ne vouliez pas de cette enfant”.

A.T. réfute, là encore, la version de celle qui partageait sa vie : “Je lui ai jeté du riz au visage, je n’ai jamais été violent à part ce jour-là parce qu’elle a voulu me prendre ma fille de mes bras. J’ai failli la faire tomber. Je regrette tout cela, je ne regrette qu’une chose, c’est de ne pas pouvoir revenir en arrière”.

“Des violences reconnues a minima”

Pour l’avocate de la sœur du prévenu, il faut retenir la gravité des faits “sur une personne vulnérable. Elle a eu le courage de porter plainte contre son frère. Elle l’avait reçu chez elle avec sa compagne alors qu’elle était elle-même enceinte et a dû subir leur mode de vie” a précisé l’avocate qui a demandé une somme de 1 500 euros pour le préjudice moral de sa cliente et 300 euros de préjudice matériel pour le téléphone portable. L’avocate de l’ex compagne de A.T. a regretté les “violences reconnues a minima. Il s’en est pris à madame sans raison. Il lui jette une assiette de riz au visage et il la frappe devant leur enfant, alors qu’elle est enceinte de 15 semaines. Elle a eu 5 jours d’ITT et a dû débuter un suivi psychologique depuis les faits”.

Une somme de 2000 euros pour les souffrances endurées a été demandée ainsi que 500 euros de préjudice esthétique et 1 000 euros pour les souffrances de la petite fille.

Le procureur a repris les deux dossiers, l’un où le prévenu nie et l’autre ou les faits sont reconnus, même partiellement : “Il s’en prend à deux femmes enceintes en deux mois et qui racontent que monsieur les a frappées au ventre. Les éléments semblent accréditer la version de sa sœur et pour les seconds faits, ils sont reconnus”. Il a requis une peine de 12 mois de prison assortis d’un sursis probatoire de 24 mois et des peines obligatoire qui sont celle d retravailler, de soins et une interdiction de paraître au domicile des victimes.

C’est à une peine de 10 mois avec sursis probatoire de 2 ans, que A.T. a été condamné et devra se plier aux différentes obligations mais aussi indemniser ses victimes.

Lien source : Hautes-Pyrénées : Il frappe sa sœur enceinte et sa compagne… enceinte, devant sa fille