La Marche du monde #11 – Le peuple : ennemi désigné

@GoyPride : Vous m’avez arraché un sourire. Parce que vous dites absolument n’importe quoi. Hindi n’a pas attendu la venue de Yann pour apprendre à penser ou même à rétorquer à brûle pourpoint, il sait déjà faire.

Il me semble que vous vous méprenez en confondant son intelligence profonde, associée à un débit modéré, avec l’agitation des asticots de plateaux de télévision au débit TGV. Youssef Hindi ne brasse pas d’air, est d’un grand sang froid, ce qui préjuge au contraire d’une grande aptitude au débat. En ce sens , sa diction est plus proche de celle des intervenants des années 60, que des gesticulations bucales de nos brasseurs d’air.

Voilà pourquoi j’aimerais que Yann Purdom respecte cette lenteur et cette profondeur si spécifiques à Youssef Hindi, sans tenter d’y imprimer une cadence électrique bien contemporaine que l’on retrouve partout.

Enfin, je ne me fais aucun souci pour Youssef Hindi en situation dialectique : il t’écrase n’importe qui en débat… avec un calme olympien. Contrairement aux actuels agités du bocal, Youssef Hindi vise directement la jugulaire, avec un petit rire narquois.

#ProtégeonslaPalestine#

Lien source : La Marche du monde #11 – Le peuple : ennemi désigné