Vienne : le Picta’bus de la maison des adolescents, outil de prévention

En ouverture de sa journée dans la Vienne, Emmanuel Macron visitera le Picta’bus, jeudi 8 décembre 2022, le bus itinérant de la maison des adolescents.

En février dernier, Brigitte Macron avait pu monter dans le Picta’Bus, ce dispositif itinérant de prévention pour les adolescents, en partie financé par l’opération Pièces jaunes dont elle est l’ambassadrice. Est-ce la première dame qui a soufflé l’idée à l’oreille du président ? Ça, nous ne le saurons pas…

Ce que nous savons, en revanche, c’est qu’Emmanuel Macron visitera le bus pour commencer sa journée dans la Vienne. « Je crois que notre innovation coche toutes les cases du thème de la journée, sourit le professeur Ludovic Gicquel, chef du pôle psychiatrie enfant et adolescent du centre hospitalier Henri-Laborit. À savoir la prévention, l’intervention précoce et les solutions partagées. » Et il faut savoir que le Picta’bus est « le premier du genre ». Le Pr Gicquel poursuit en paraphrasant : « Nous ne savions pas que c’était impossible, alors nous l’avons fait ! »

Une aventure itinérante

Le bus est une extension roulante – de 12 m de long et de 3 m de large – de la maison des adolescents en centre-ville de Poitiers. L’aventure itinérante débute tout juste. « Nous sommes allés à Loudun et Civray. Nous irons à Montmorillon bientôt. Cette visite du président à Fontaine-le-Comte est une très belle fenêtre médiatique pour nous. »

Si Emmanuel Macron vient peut-être ici pour s’inspirer de l’innovation poitevine et l’étendre au territoire national, l’équipe locale a aussi quelques intentions. Le Pr Gicquel esquisse tout en finesse : « Nous voulons montrer comment nous avons fait pour passer de l’idée à la concrétisation, en demandant de juger sur pièce pour renforcer un projet en voie d’extension. » Concrètement, comprenez qu’il faudrait étoffer l’équipe et que pour cela la maison des adolescents a encore besoin de moyens. Et qui dit moyens, dit budget.

L’objectif du bus itinérant est, en effet, de se déployer dans les cinq territoires de la Vienne, pour aller au plus près du public concerné. Des adolescents qui viennent aussi parfois dans les locaux de Poitiers. « 35 % de nos entretiens sont non programmés », insiste le Pr Gicquel.

Lien source : Vienne : le Picta'bus de la maison des adolescents, outil de prévention